Partagez | .
 

 The beauty and the silly # Victoria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 225
AVATAR : David Tennant
CRÉDIT : (C) Moriarty (avatar), (C) Broadsword (signature) tumblr (gif)
DC : Mia & Tyler
PSEUDO : Daily Planet (Marine)


AGE : 27 y.o
SITUATION : Inglorious basterd, Darling.
PROFESSION : Pilote de chasse rétrogradé au statut de chef de piste, sinon emmerdeur public ça marche aussi.
TO DO LIST : Embêter MicMack (+) Aller toquer chez Liam (+) Faire tourner la fliquette en bourrique (+) Retrouver ou pas mon avion.
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t920-maverick-le-prince-charmant-darling-c-est-comme-le-pere-noel-tout-le-monde-y-croit-mais-personne-ne-l-a-jamais-vu-desole-mais-tu-vas-devoir-redescendre-sur-terre + http://thunderlove.forumactif.org/t931-maverick-i-m-collapsing-in-stellar-clouds-of-gas
MessageSujet: The beauty and the silly # Victoria   Dim 26 Jan - 1:48

The beauty and the silly.

Hearts of Stone Park, Janvier 2014, 2 :00 PM – Maverick arrive au cœur du parc, au niveau de l'étang et pose son sac à dos avec joie, quelques jours plus tôt, l'homme avait écopé d'un nouveau coup de soleil. Son baluchon, guère lourd, renferme son armada d'avions en papier personnel. Comme chaque mois depuis qu'il a été rétrogradé au rang de larbin de l'aviation, ou en plus politiquement correct, chef de piste, Maverick a en tête de couler ses petits avions dans le premier point d'eau qu'il trouve, et parfois même, dans sa baignoire, histoire de tenir compagnie à ses canards en plastique qui font décoration dans sa salle d'eau. C'était certes une bien étrange occupation et sûrement hilarante vue de l'extérieur mais pour Maverick la dimension symbolique de ce rituel dépassait l'entendement. En effet, c'était sa méthode à lui pour « guérir de son accident », et surtout de faire exploser sa haine des pontes de l'aviation qui l'avait envoyé en Australie, si loin de sa patrie, la belle et fière Ecosse. Son accident en lui-même ne l'avait pas marqué ni brisé, il avait déconné, voulu s'amuser avec un avion hors de prix et son copilote dont il n'avait pas de nouvelles à ce jour. Ils avaient été blessés mais pas sévèrement, quelques égratignures, un bras en écharpe, quelques jours de repos et on en parle plus. On l'en avait blâmé à juste titre et il assumait. Mais le priver de sa vocation, et en prime l'obliger à suivre une thérapie avec un psy, c'était trop pour la non patience légendaire de l'ex pilote. Et puis de toute façon, que ferait de plus un psy ? La réponse était bien simple. Rien du tout. Parler de son accident ? Maverick n'en avait pas besoin, il n’avait pas été traumatisé et s'il en avait besoin, il irait faire une séance skype avec un de ses potes d'Ecosse, mais certainement pas au premier inconnu venu prêt à écrire tout ce qu'il disait et sûrement tout déformer sur un calepin. Effectivement, Maverick ne portait pas les docteurs dans son cœur et moins il les voyait, mieux il se portait.
C'est pourquoi pour occuper son temps libre, bien plus important désormais qu'à l'époque, il avait inventé ce petit jeu. Ce petit jeu d’ailleurs ressemblait plus à un rituel vaudou qu’autre chose, sans les poupées de chiffons –déjà que Maverick était une catastrophe en cuisine, il ne manquait plus qu’il se mette à la couture et la moitié de Varsity Lakes serait rayé de la carte- et le tout en beaucoup plus classe, enfin, selon lui.
Il ne faisait pas trop mauvais, le ciel était certes légèrement couvert et le vent commençait à se lever. Maverick avait vu à la météo que dans les prochains jours de nombreuses perturbations viendraient frapper l'Australie. On pensait même à une tempête dans certains médias. Mais il en fallait plus pour effrayer le pilote. Et puis de un, il avait l’habitude d’avoir à faire avec un temps de chien et de deux, il n’avait jamais eu l’occasion de tester son rituel avec du vent et l’homme, curieux dans de multiples sens du terme, avait envie de voir comment cela influencerait ses jets d’avions en papier.
C'est ainsi qu'il se retrouva, assis au bord de l'étang, à tirer brusquement des avions en papiers, Maverick les admirait virevolter dans le ciel, s'imaginant lui-même avec mélancolie être à bord de ses pliages. Le vent les détournait de la trajectoire violente que l'écossais leur imposait, créant de nouvelles pirouettes et fascinant l'ex pilote. Et pourtant, après quelques ratés, les avions de papiers finissaient irrémédiablement dans le point d'eau. L'homme se levait alors pour aller les sauver de la noyade. Dès que la poésie du ballet de ses avions cessait, le courroux de Maverick refaisait surface, il recommençait avec un autre pliage et ce avec encore plus de force.
Plus tard, alors qu'il venait de lancer un autre de ses missiles, un courant d'air plus fort l'expédia dans une toute autre direction, et alla percuter la tête d'une jeune femme. Sérieusement ? Maverick leva les yeux au ciel, jura avant de regarder la jeune femme avec incrédulité. Quelle était la probabilité qu'une chose de la sorte se produise ? Tellement proche du zéro que cela semblait tout droit sorti d'un nanar ricain de seconde zone. Lorsque cette réflexion traversa l'esprit de l'écossais, il ne put s'empêcher de se coller une baffe sur le front comme pour appuyer le fait déjà prouvé que c'était un boulet de première classe.
Enfin, en bon gentleman que Maverick était, il se décida enfin à lever son séant du sol et d'aller s'excuser auprès de la demoiselle, le tout au pas de course. Enfin, au pas de course, tout était relatif, il n'était pas non plus essoufflé lorsqu'il aborda sa victime : "- Eum, excusez-moi, je crois que cet avion m’appartient... Je m'excuse d'ailleurs de vous avoir percuté, heureusement que ce n'était pas un vrai...", tenta-t-il de plaisanter avant de se reprendre, plus sérieux "Je ne vous ai pas fait mal au moins ?" Mieux valait être prudent après tout, il n'y avait pas été de main morte dans son dernier lancer, et le courant d'air n'avait pas dû ralentir son projectile. Il sourit penaud, ayant sûrement l'air d'un gamin malgré ses 27 ans. Eh bien, si c'était cela qui faisait la fierté de sa patrie, les écossais devraient avoir bien du mouron à se faire.

_________________

    echoes of happiness

    YOU CAN NEVER REALLY KNOW WHAT GOES ON INSIDE SOMEONE ELSE'S HEART
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 2556
AVATAR : shay mitchell
CRÉDIT : ©Little-S ©tumblr ©episkey.
DC : noa & tahlia & luca-jude
PSEUDO : ©Little-S (steffie)

AGE : vingt ans
SITUATION : célibataire
PROFESSION : fait l'école buissonnière
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t1062-victoria-lynn-j-voulais-faire-d-elle-ma-princesse-mais-c-est-devenu-mon-ex#34544 + http://thunderlove.forumactif.org/t1063-victoria-lynn-certaines-tombent-amoureuses-c-est-pur-ca-les-eleve-moi-j-tombais-amoureuse-comme-on-tombe-d-une-chaise
MessageSujet: Re: The beauty and the silly # Victoria   Mer 29 Jan - 0:23


the beauty and the silly
victoria-lynn et maverick

C'est vrai ce que les gens disent : pour pouvoir avancer il faut se détacher du passé. Se détacher c'est facile, avancer c'est une autre paire de manches. Alors parfois on se renferme. On essai de résister au changement. Mais les choses ne peuvent pas rester comme elles sont. À un moment, il faut lâcher prise. Avancer. Parce que même si c'est difficile, c'est la seule façon de grandir.


Depuis ma sortie de l'hôpital, j'avais décidé de me reprendre en main. De passer à autre chose et d'avancer. Ce qui était plus difficile de ce à quoi j'avais pensé. Mais je m'y tenais. Un jour après l'autre. Un peu comme les alcooliques anonymes. Au lieu de rester au lit ou en pyjama à traîner dans l'appartement toute la journée, je faisais l'effort de m'habiller, de me faire belle, de prendre soin de moi. Et je sortais tous les jours. Pour des durées plus ou moins longues. Pour des choses plus ou moins importantes. Aujourd'hui, je n'avais rien de prévu, donc j'avais décidé d'aller me balader dans le plus grand parc de la ville. Comme c'est toujours le cas en plein été en Australie, il y aurait dû y avoir un gros soleil. Mais je ne sais pas ce qu'il se passait avec le temps en ce moment. C'était à croire qu'il était comme moi. Complètement déréglé. Au lieu d'un beau ciel bleu, on avait le droit depuis quelques jours à de gros nuages gris et de grosses rafales de vent. J'espérais que ça allait bientôt passer. Parce qu'il faut être réaliste, c'est le meilleur moyen de déprimer quand on doit ressortir les vêtements d'hiver alors qu'on n'a même pas encore commencé le mois de février. Enfin, les vêtements d'hiver... Il ne faisait pas vraiment froid non plus. C'était l'un de ces temps humides mais chaud. Le truc le plus horrible du monde quoi. Tu te sens oppressé, poisseux, lourd. Et tu ne sais jamais comment te fringuer ! Mais bon, le bon côté c'est que tu n'as pas à réfléchir longtemps pour savoir comment te coiffer. Avec le vent qu'il y avait dehors, si tu n'attachais pas tes cheveux, tu étais certaine de te retrouver avec une choucroute sur le haut du crâne à peine cinq minutes après avoir mis les pieds dehors. Un temps pourri je vous dis ! Ce qui expliquait que le parc soit complètement désert en début d'après-midi. Pourtant, la météo n'était pas non plus catastrophique. Certes, il y avait du vent, un peu de nuages et pas vraiment de soleil. Mais comme je le disais, il ne faisait pas vraiment froid et il ne pleuvait pas. Pas encore. Parce que vu la météo, ce n'était pas prêt de s'arranger, à mon grand désespoir. Alors il valait mieux sortir tant qu'on le pouvait encore avant d'être forcé de rester chez soi. C'était évidemment le scénario le moins optimiste, mais les gens de la météo n'étaient pas vraiment optimistes alors... Quoi qu'il en soit, il n'y avait pas grand monde autour de moi. Quelques parents qui venaient prendre l'air avec leurs gosses. Quelques couples par-ci par là. Un ou deux joggeurs. Et un crétin en train de lancer des avions en papier pour les regarder tomber la tête la première dans l'étang. Enfin, en théorie. Parce qu'en pratique, à peine ai-je réussi à détourner les yeux de ce triste spectacle que j'ai ressenti une pression sur le haut de mon crâne avant de voir un de ces joujoux tomber à mes pieds. J'ai levé les yeux vers l'expéditeur qui était déjà en train de me rejoindre au petit trot. « Eum, excusez-moi, je crois que cet avion m'appartient... Je m'excuse d'ailleurs de vous avoir percuté, heureusement que ce n'était pas un vrai... ». Je ne sais pas si c'était censé être une blague, mais elle est un peu tombée à l'eau. Sans jeux de mots, aucun. Le type, il devait avoir le double de mon âge et il jouait avec des figurines en papier. Bon, j'exagère probablement un peu, mais il devait avoir au moins une décennie de plus que moi. Je ne sais pas si je devais être touché de son innocence ou triste pour lui. « Je ne vous ai pas fait mal au moins ? ». Il est sérieux ? Pourtant, je n'ai pas pu m'empêcher de lui adresser un sourire rassurant. Avec ses mimiques, il avait vraiment l'air d'un gosse. C'était troublant. « D'accord, il y a du vent et il faut de la force pour que ce jouet... Cet avion ait pu m'atteindre. Mais ça reste un bout de papier, il ne peut pas me faire grand-chose. Et puis, j'ai la tête dure. ». Je sais que la curiosité est un vilain défaut, mais je n'ai quand même pas pu m'empêcher de lui poser la question qui me brûlait les lèvres depuis que j'avais posé les yeux sur lui et son sac rempli de pliage qu'il en débordait. « Vous faites ça souvent ? Faire voler des avions en papier s'entend, pas vous attaquez à des jeunes filles avec les dits avions. ». Ça avait été un effort surhumain pour moi de le vouvoyer tellement j'avais l'impression de me trouver face à un petit garçon de cinq ans. Mais quand on ne le fait pas, les gens peuvent prendre ça pour l'impolitesse. Ce que je ne comprends pas. Moi je trouve que quand on me vouvoie, je prends vingt ans dans la gueule facile. Mais les règles de politesse, c'est les règles de politesse, même si on le les comprend pas toujours. D'un côté j'espérais qu'il ne faisait pas ça tous les jours, parce que c'était vraiment triste et ça devait cacher une histoire plutôt traumatisante pour avoir une habitude pareille. Mais d'un autre côté, ce type et ses origamis m'intriguaient...


_________________

    victoria-lynn connelly
    J'ai vu un gars dans un bistrot, un peu tristounet et pâlot, qui m'a dit qu'un cœur pouvait battre si fort, que d'un coup, il s'arrache de son corps et il te laisse là, sur le bitume empli de vide et d'amertume. Il paraît que l'amour, c'est un truc dangereux, que ça va faire chialer tes jolis petits yeux. Il paraît même que ça fout la fièvre. Il paraît qu'il y en a certains, il y en a certains qui en crèvent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 225
AVATAR : David Tennant
CRÉDIT : (C) Moriarty (avatar), (C) Broadsword (signature) tumblr (gif)
DC : Mia & Tyler
PSEUDO : Daily Planet (Marine)


AGE : 27 y.o
SITUATION : Inglorious basterd, Darling.
PROFESSION : Pilote de chasse rétrogradé au statut de chef de piste, sinon emmerdeur public ça marche aussi.
TO DO LIST : Embêter MicMack (+) Aller toquer chez Liam (+) Faire tourner la fliquette en bourrique (+) Retrouver ou pas mon avion.
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t920-maverick-le-prince-charmant-darling-c-est-comme-le-pere-noel-tout-le-monde-y-croit-mais-personne-ne-l-a-jamais-vu-desole-mais-tu-vas-devoir-redescendre-sur-terre + http://thunderlove.forumactif.org/t931-maverick-i-m-collapsing-in-stellar-clouds-of-gas
MessageSujet: Re: The beauty and the silly # Victoria   Lun 3 Fév - 8:38

The beauty and the silly.

Okay, Maverick était passé pour un abruti fini mais après tout ça ne changeait pas vraiment de son habitude. Les quelques personnes qui étaient autorisées à connaître la raison de sa venue à Gold Coast ne se privaient jamais de lui servir soit des vieilles vannes pourries soit des piques acerbes lorsqu'il s'agissaient de pilotes ou de ses supérieurs. Enfin, ce coup ci, il ne pouvait pas mettre son idiotie sur le dos de sa rétrogradation. Oh non, il avait été bien assez grand pour se ridiculiser tout seul. Bien sûr, il s'était senti obligé de sortir une blague, histoire de paraître à peu près sympathique et normal, et qui était tombée à plat, le ridiculisant un peu plus. Enfin, au point où il en était, il ne comptait déjà plus. "Champion Howard, à part ça, ça t'étonne d'être marié au célibat depuis ta naissance ?" aurait pu être un exemple de pensée qui traversait les strates de débilité profonde qui recouvraient son cerveau de moineau. Ses pensées semblaient d'ailleurs être confirmées par l'expression de la jeune femme, aussi incrédule qu'il avait pu l'être lorsqu'il avait constaté que son jouet, car s'en était un, avait percuté la demoiselle.
Parlant de la demoiselle en question, elle était vraiment jolie, brune aux yeux bruns, le teint hâlé, et elle avait l'air affable. Elle était à coup sur plus jeune que lui et Maverick se senti encore plus âgé lorsqu'elle le vouvoya. Certes, il l'avait vouvoyée par pure question de politesse mais lui même n'attachait d'importance à ce qu'on le vouvoie ou qu'on le tutoie. On pouvait même dire que ce genre de choses lui passait plus de dix mille pieds au dessus de la tête. Néanmoins, cela faisait toujours bizarre. 
"D'accord, il y a du vent et il faut de la force pour que ce jouet... Cet avion ait pu m'atteindre. Mais ça reste un bout de papier, il ne peut pas me faire grand-chose. Et puis, j'ai la tête dure."
Maverick sourit en coin à la réplique de l'inconnue et se retint de rire à la mention du dit jouet. Elle avait raison après tout, il fallait être sacrément tordu pour transformer un origami en poupée vaudou et encore plus en arme contre jeune et jolie file, bien que la dernière partie n'avait pas été prévue. Officiellement en tout cas, mais maintenant qu'il y repensait, il réutiliserait peut être cette ruse un autre jour, sait-on jamais.
"Vous faites ça souvent ? Faire voler des avions en papier s'entend, pas vous attaquez à des jeunes filles avec les dits avions"
Ah la bonne vieille question qui fâche. Il fallait bien s'y attendre et l'écossais, très profondément savait qu'il ne s'en sortirait pas à si bon compte : en effet, la demoiselle ne lui avait pas crié dessus, ni insulté de divers noms d'oiseaux comme il aurait pu le penser. Il resta quelques minutes muet comme une carpe, ne sachant pas trop s'il allait répondre ou pas. Enfin, il se décida, peu sûr de lui.
"Eum, tout dépend du point de vue. Disons que j'ai une dent contre mes supérieurs suite à un léger soucis au boulot. Et comme j'ai pas envie d'aller voir un psy, j'me soigne comme ça. Très longue histoire, tu enfin, vous, vois ?" C'était flippant dit comme ça. Maverick en était bien conscient mais bon, l'écossais n'allait pas assommer l'inconnue avec les détails de son raté spectaculaire. Bon après une courte réflexion, s'il ne voulait pas se retrouver encore une fois en garde à vue, il se devait de clarifier quelque peu ses propos, histoire que la brune n'appelle pas les poulets pour le faire embarquer... Les poulets ou les hommes en blouse blanche de l'asile psychiatrique, ça aussi était une éventualité à considérer. De plus, il avait trouvé le moyen de se rater sur la question du vouvoiement ou pas. "J'suis pas dangereux, t'inquiète pas. Au fait, c'est Maverick, mon nom. Tu connais Top Gun ? Bah tu prends Tom Cruise, tu le vires, de toute façon, j'l'aime pas lui et son colgate smile, en fait j'l'aime pas tout court. BREF, tu vires le happy end, sinon c'est pas drôle. Tu rajoutes un abruti étranger, une mutation à l'autre bout du monde et c'est à peu près ma vie. Voilà, tu as le droit de rire, hein, je le vis bien. Enfin, quand je coule pas des avions en papier."
Maverick avait définitivement adopté le tutoiement, s'étant laissé emporter par son laïus. Quelques souvenirs avaient resurgis en même temps qu'il parlait, et de même sous le coup de son embardée, il n'avait pas contrôlé son accent qui avait ainsi refait lui aussi surface. Maintenant que tout était à peu près clair sous réserve que l'inconnue ait vu Top Gun, l'écossais espérait juste ne pas avoir fait peur à la jeune femme avec ses histoires tordues.
Enfin, il arborait un large sourire, montrant qu'effectivement, que ces ennuis n'étaient pour lui qu'une vaste boutade sans grande importance. Après tout, n'était pas encore né celui qui viendrait démonter le petit Howard, bien loin de là.
"Sans vouloir être indiscret, maintenant que tu sais la plupart des trucs qu'il y a à savoir sur ma personne. Puis-je avoir l'honneur de savoir comment se prénomme l'inconnue qui ose braver la tempête ?"
Sa question était quand même légitime, il avait déballé tout son dossier, Maverick aurait bien droit à un prénom en compensation.


_________________

    echoes of happiness

    YOU CAN NEVER REALLY KNOW WHAT GOES ON INSIDE SOMEONE ELSE'S HEART
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 2556
AVATAR : shay mitchell
CRÉDIT : ©Little-S ©tumblr ©episkey.
DC : noa & tahlia & luca-jude
PSEUDO : ©Little-S (steffie)

AGE : vingt ans
SITUATION : célibataire
PROFESSION : fait l'école buissonnière
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t1062-victoria-lynn-j-voulais-faire-d-elle-ma-princesse-mais-c-est-devenu-mon-ex#34544 + http://thunderlove.forumactif.org/t1063-victoria-lynn-certaines-tombent-amoureuses-c-est-pur-ca-les-eleve-moi-j-tombais-amoureuse-comme-on-tombe-d-une-chaise
MessageSujet: Re: The beauty and the silly # Victoria   Dim 9 Fév - 2:49


the beauty and the silly
victoria-lynn et maverick

C'est vrai ce que les gens disent : pour pouvoir avancer il faut se détacher du passé. Se détacher c'est facile, avancer c'est une autre paire de manches. Alors parfois on se renferme. On essai de résister au changement. Mais les choses ne peuvent pas rester comme elles sont. À un moment, il faut lâcher prise. Avancer. Parce que même si c'est difficile, c'est la seule façon de grandir.


J'avais conscience que ma question pouvait paraître un peu déplacée. Totalement déplacé à vrai dire. Et j'aurais compris qu'il m'envoie sur les roses. Cela aurait été bien mérité. Le fait que je me prenne un avion sur le haut de crâne par sa faute n'excusait pas mon indiscrétion. Et j'avais clairement l'impression que l'inconnu n'allait pas me répondre après un moment juste assez long de silence avant qu'il ne prenne la parole. « Eum, tout dépend du point de vue. Disons que j'ai une dent contre mes supérieurs suite à un léger soucis au boulot. Et comme je n'ai pas envie d'aller voir un psy, j'me soigne comme ça. Très longue histoire, tu enfin, vous, vois ? ». Je ne pu m'empêcher de sourire face à son hésitation de la fin. J'avais été à sa place seulement quelques secondes auparavant, ne savant s'il fallait le tutoyer ou le vouvoyer. Je n'étais toujours pas plus avancé d'ailleurs. Ni sur la question de la politesse, ni sur ce qui le poussait à lancer des origamis au-dessus d'un étang. Certes, je ne suis pas neuneu, j'avais compris qu'il avait de sérieux problèmes professionnels, et probablement personnels, à régler. Mais qui n'en avait pas ? Je ne pouvais pas vraiment jeter la première pierre. Le temps que je réfléchisse à ce que je pouvais bien répondre à une telle déclaration, il avait déjà reprit la parole, se rendant probablement compte que son speech n'était pas des plus clairs. « Je n'suis pas dangereux, t'inquiète pas. Au fait, c'est Maverick, mon nom. Tu connais Top Gun ? Bah tu prends Tom Cruise, tu le vires, de toute façon, j'l'aime pas lui et son colgate smile, en fait j'l'aime pas tout court. BREF, tu vires le happy end, sinon ce n'est pas drôle. Tu rajoutes un abruti étranger, une mutation à l'autre bout du monde et c'est à peu près ma vie. Voilà, tu as le droit de rire, hein, je le vis bien. Enfin, quand je ne coule pas des avions en papier. ». J'étais avancé sur une seule chose et une seule. C'était déjà un bon début. Apparemment, le tutoiement avait définitivement été adopté. Mais je n'étais pas plus avancé sur son explication. C'est comme s'il me parlait en chinois. Mais comme il l'a si bien dit, je ne pu m'empêcher d'échapper un petit rire. Pas pour me moquer de lui, bien au contraire. Comme je l'ai fait remarquer plus haut, je ne suis pas vraiment un exemple. Mais sa façon d'être me fait juste marrer. Ce type a le don de me filer une bonne humeur incroyable. « Ça à l'air d'être une histoire passionnante, vraiment. Le seul hic, c'est que je n'ai aucune idée de ce qu'est Top Gun. ». J'avais bien compris que c'était un film. Parce que Tom Cruise n'allait pas chanter dans un opéra ou jouer des claquettes. Mais à part ça, c'est toujours le trou noir. Ce qui n'était pas étonnant vu que ça a plutôt l'air d'être un film d'action. Un film de mecs quoi. Et j'suis une nana pure souche. C'est-à-dire que les films à l'eau de rose, les disneys, les chocolats et les boites de mouchoirs sont un classique de mes soirées cinéma à moi. « Sans vouloir être indiscret, maintenant que tu sais la plupart des trucs qu'il y a à savoir sur ma personne. Puis-je avoir l'honneur de savoir comment se prénomme l'inconnue qui ose braver la tempête ? ». Bon, je ne savais toujours pas grand-chose sur le bonhomme, j'imagine que je n'avais plus qu'à passer au vidéoclub avant de rentrer chez moi, mais il avait raison. C'était tout de même la moindre des choses de se présenter. Et c'est plutôt moi qui avais été indiscrète que lui. « Victoria. Tu sais, comme les chaussures si tu as du mal à t'en souvenir. ». Enfin, c'est plus moi qui avais des problèmes avec mes souvenirs en ce moment, mais c'est hors contexte. Je lui aurais aussi bien fait un petit laïus sur le chaos qu'est ma vie en ce moment, mais je crois qu'aucun film au monde ne peut montrer en tant soit peu le bordel qu'elle est devenue. Je fais un signe de tête en direction de son sac rempli d'avions en papier. « Bien que je n'aies pas tout compris à ton petit passe-temps, j'ai bien besoin de me défouler aussi en ce moment. Tu m'en prêterais quelques-uns ? ». J'imagine que ça ne me défoulera pas autant que de lancer des fléchettes sur une photo de Zippora, de mon colocataire ou même de moi-même, mais il doit bien y avoir une raison pour que Maverick, parce que c'est son nom que j'ai un peu peur d'avoir du mal à prononcer d'ailleurs, trouve du réconfort dans ce petit rituel. Mais même si ça ne m'aidait pas à me sentir mieux, je suis persuadée que c'était plutôt amusant. Après tout, avec un vent pareil, ça doit être fun de balancer des avions en papier et de voir où ils atterrissent. Et puis, je ne risquais rien à essayer.


_________________

    victoria-lynn connelly
    J'ai vu un gars dans un bistrot, un peu tristounet et pâlot, qui m'a dit qu'un cœur pouvait battre si fort, que d'un coup, il s'arrache de son corps et il te laisse là, sur le bitume empli de vide et d'amertume. Il paraît que l'amour, c'est un truc dangereux, que ça va faire chialer tes jolis petits yeux. Il paraît même que ça fout la fièvre. Il paraît qu'il y en a certains, il y en a certains qui en crèvent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 225
AVATAR : David Tennant
CRÉDIT : (C) Moriarty (avatar), (C) Broadsword (signature) tumblr (gif)
DC : Mia & Tyler
PSEUDO : Daily Planet (Marine)


AGE : 27 y.o
SITUATION : Inglorious basterd, Darling.
PROFESSION : Pilote de chasse rétrogradé au statut de chef de piste, sinon emmerdeur public ça marche aussi.
TO DO LIST : Embêter MicMack (+) Aller toquer chez Liam (+) Faire tourner la fliquette en bourrique (+) Retrouver ou pas mon avion.
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t920-maverick-le-prince-charmant-darling-c-est-comme-le-pere-noel-tout-le-monde-y-croit-mais-personne-ne-l-a-jamais-vu-desole-mais-tu-vas-devoir-redescendre-sur-terre + http://thunderlove.forumactif.org/t931-maverick-i-m-collapsing-in-stellar-clouds-of-gas
MessageSujet: Re: The beauty and the silly # Victoria   Mer 12 Fév - 8:58

The beauty and the silly.

Il y avait une chance sur dix millions pour que la jolie inconnue aie vu une fois dans sa vie Top Gun. Néanmoins, lorsque Maverick avait prit son exemple cela semblait couler de source. Enfin, pour lui évidemment, qui enfant, avait été bercé par la bande originale du film de Ridley Scott, enfant à qui d'ailleurs on avait donné son nom en référence au film. Effectivement, Maman Howard était une grande fan de Tom Cruise et Top Gun sorti quelques mois avant la naissance du petit Maverick, qui plus tard, à l'instar du héros de ce film qu'il vouait maintenant aux gémonies, était devenu pilote de chasse. L'écossais la regarda et sourit largement à la réponse de la brune : "Ça à l'air d'être une histoire passionnante, vraiment. Le seul hic, c'est que je n'ai aucune idée de ce qu'est Top Gun." Evidemment. Maverick ne pouvait pas en voulait à la jeune femme de ne pas avoir vu ce film, même si, il fallait bien le reconnaître, ce film était culte. Il répondit presque en suivant : "Passionnante ? Tout dépend du point de vue. C'est un film sur l'aviation ricaine de 1986, réalisé par Ridley Scott. Ma mère était fan de Cruise et ce fichu film est sorti quelques mois avant que je naisse. J'ai écopé de l'indicateur du héros en prénom. Faut pas trop chercher, ma mère et ses lubies. Bref, je te la refais en plus clair, t'es prévenue ça va être long." Le sourire de Maverick se fana quelque peu à mesure qu'il racontait son histoire et son regard se perdit dans l'étang : "J'étais... pilote de chasse jusqu'à il a quelques mois. En fait, en revenant de mission, une patrouille toute à fait chiante avec ma copilote, on a décidé de s'amuser un peu avec notre avion. J'ai fait quelques loopings, un autre appareil est passé à côté du notre, on s'est payé son souffle. Heureusement que Jazz, ma copilote, nous a éjecté de l'avion sinon, je pense pas que je serais là pour t'en parler. On s'en est pas trop mal tirés, quelques égratignures, un bras en écharpe et voilà le tour est joué. Néanmoins, j'ai été jugé par un tribunal militaire, j'ai fait en sorte que tout la faute me soit attribuée, Jazz n'y était pour rien après tout, c'est moi qui tenait ce foutu manche à balai. Le verdict est tombé. Coupable. J'ai été rétrogradé chef de piste et expédié ici en guise de punition. Si je lance des avions dans l'eau c'est juste parce que, même si la sanction est méritée, j'en ai ma claque de jouer les larbins, je me suis pas tapé ces années d'études, j'ai pas fait ce que j'ai fait pour y parvenir pour finir par faire le guignol à terre et me faire prendre par mes supérieurs pour quelqu'un de dérangé et d'émotionnellement instable." Employer le passé lui faisait toujours aussi mal, après tout toute la vie de Maverick avait été tournée vers l'aviation et le pilotage. "Ah ouais, j'aime pas les blouses blanches, moins je les vois mieux je me porte. Et puis entre nous, c'est bien plus marrant de faire des avions en papier et les balancer que de s'allonger comme un abruti sur un diva et déballer le moindre de ses états d'âmes devant un autre imbécile qui trouve rien de mieux que prendre des notes et donner des conseils bidon." Sur ce point Maverick ne pouvait pas être plus clair. D'ailleurs, il devait plus maudire les gens qui le prenaient pour un homme instable sûrement parce que justement une de ces blouses blanches l'en avait décrété ainsi que les types qui avaient décidés de l'écarter d'un avion pour les quelques mois ou années à venir. Durant tout son speech, l'écossais n'avait pas haussé le ton de trop, plus nostalgique qu'en colère en fait. Néanmoins, le cynisme s'était clairement dégagé du passage sur les docteurs, en même temps, le brun ne pouvait s'en empêcher, c'était presque comme s'il était allergique aux médecins. Maverick, après s'être arrêté quelques secondes reprit avec bonne humeur: "Voilà c'était l'histoire de la fin de Belinda, mon avion. Cela dit, elle a peut être gagné au change. Maintenant, elle peut se taper le Titanic là bas au fin fond de l'eau. C'est quand même la grande classe." Il rit doucement à sa propre blague imaginant le tableau des deux carcasses d'avion et de bateau en train de faire un espèce de dîner au chandelles avec les petits poissons comme compagnie. Certes, sa petite vanne était des plus idiotes mais au moins, elle avait pour but de détendre l'atmosphère. Après tout, vallait mieux en rire qu'en pleurer. Rien n'avancerait pour autant d'ailleurs.
L'inconnue se présenta plus tard, elle répondait au nom de Victoria. "Enchanté Victoria. Très joli prénom. Je suis pas très porté chaussures. Tu sais à part les converses, c'est pas trop mon domaine et en général j'ai une bonne mémoire des prénoms et des visages mais on sait jamais, merci de l'astuce" fit-il en ajoutant un clin d'oeil à l'attention de Victoria. En effet, que serait Maverick sans sa collection de chaussures converses couleur sable ? Pas grand chose sûrement. Même si ça faisait gamin, il s'en fichait, les converses c'était sacré pour l'écossais, qui pour une rare fois, s'autorisait à laisser de côté son patriotisme exagéré.
La brunette fit un signe de tête en direction de son sac en demandant : "Bien que je n'aies pas tout compris à ton petit passe-temps, j'ai bien besoin de me défouler aussi en ce moment. Tu m'en prêterais quelques-uns ?"
Maverick la considéra d'un regard inquiet, ne sachant pas trop quoi répondre à la première partie de sa phrase sans être indiscret au possible. Il ne connaissait pas Victoria d'Adam ou d’Ève mais quand même, il n'était pas totalement dépourvu de sentiment et la jeune femme lui paraissait de plus en plus sympathique. "Besoin de te défouler ? Enfin, tu peux ne pas en parler avec moi, je comprendrais parfaitement. Oui vas y je t'en prie, j'en ai largement assez et tu vas voir, c'est marrant. En plus, avec le vent... En fin, t'as vu par toi même ce que ça fait." Le début, comme Maverick l'avait senti avant même de prononcer ses paroles, était maladroit, ne sachant pas quoi faire. Il tendit son sac à Victoria, l'invitant à piocher parmi ses origami et se joindre à son délire.


_________________

    echoes of happiness

    YOU CAN NEVER REALLY KNOW WHAT GOES ON INSIDE SOMEONE ELSE'S HEART
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
+
MessageSujet: Re: The beauty and the silly # Victoria   

Revenir en haut Aller en bas
 

The beauty and the silly # Victoria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THUNDER LOVE V 2.0 :: Hearts of Stone Park.-