Partagez | .
 

 #51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 59
AVATAR : Matthew Bomer
CRÉDIT : (c)Tulissurlevava
PSEUDO : Mahoo.


AGE : 31 bougies.
SITUATION : Libertin qui ne s'attache à rien sauf à son flingue.
PROFESSION : Agent du FBI, dans le plus grand secret évidement.
TO DO LIST : (+) Mentir, encore et toujours. (+) Ranger son flingue dans la poche droite de sa veste. (+) ...Et un petit couteau dans une poche bien cachée, au cas où. (+) Retrouver sa cible, et la détruire, avant qu'elle ne le fasse pour lui. (+) Sourire à son adorable voisin, et lui parler de tout et de rien pour qu'il sourisse à son tour. (+) Lire son exemplaire de "Être papa pour les nuls".
Voir le profil de l'utilisateur +
MessageSujet: #51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)   Sam 15 Mar - 10:42



Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part.




« Pff. » Souffla Phoenix en appuyant sur le gros bouton rouge de la télécommande de la télé, l'éteignant de ce simple geste. Il poussa un long soupir, s'allongeant sur le canapé, en fixant le plafond. C'était dingue ce qu'il pouvait s'ennuyer. Ces derniers temps ces missions se faisaient rares, et il passait la plupart de ses journées enfermées dans son appartement à regarder la télévision. Seulement, dans ses heures là, juste après le midi, là où tout les gens normaux se pressaient sur leurs lieux de travail, la chaine principale ne cessait de diffuser des vieux épisodes des Experts Manhattan. Aucune émission n'arrivait aussi bien à énerver notre brun de héros, qui se demandait comment on pouvait représenter si mal le FBI. Les gens pensaient-ils vraiment qu'être un agent du FBI c'était porter des lunettes de soleil opaques et placer des blagues macabres à la vue d'un corps ?

Un miaulement extirpa Phoenix de ses pensées, qui baissa les yeux vers le chaton qui avait grimpé sur son torse. Il cligna des yeux, surpris, puis soupira. « Ah t'es là toi. » Il grimaça, se demandant comment il avait pu se laisser faire à ce point, et accepter de prendre cette petite machine à ronronnements chez lui. La vérité était simple, c'était la faute du petit voisin, Aiden. Il n'arrivait pas à comprendre le drôle de charme qu'exerçait ce gamin sur lui. Lorsqu'il était en face de lui, l'insensible agent du FBI se mettait réellement à fondre. Il perdait ses moyens. C'était différent... Alors il avait accepté de prendre le chaton chez lui, parce qu'Aiden le lui avait demandé, parce qu'il voulait le voir sourire, être soulagé, heureux. Et pourtant en vérité, les animaux étaient loin d'être une passion pour lui... Il était plutôt du genre à grimacer lorsqu'un chat se frottait contre lui. Pourtant il avait adopté cette petite bête qui ronronnait sur son torse, plantant ses griffes dans son t-shirt.

D'un nouveau soupir, il se redressa, attrapant le chaton pour le poser sur son épaule. Il fila vers la cuisine, cherchant le paquet de croquettes que lui avait confié Aiden en même temps que le chaton, mais constata avec horreur qu'il ne restait plus une miette de nourriture. Il cligna des yeux, grognant. Qu'est ce que ça pouvait manger ce petit truc là ! Il lança un regard en coin au chaton qui s'était installé bien confortablement sur l'épaule de son maitre, ronronnant. Phoenix mordilla sa lèvres, hésitant. Deux possibilités s'offraient à lui, et pourtant il choisit la moins logique : aller voir son voisin pour lui demander d'autres croquettes. C'est vrai qu'il aurait pu simplement aller en acheter lui même au supermarché... Mais en un sens, c'était une excuse pour aller voir le petit brun... Et cette idée le ravissait.

Il abandonna donc son appartement le temps de quelques minutes, le chaton toujours sur l'épaule, et alla toquer à la porte de son cher Aiden. Après une inspiration, il vit la porte s'ouvrir. « Hey, salut voisin ! » Il essaya de paraitre naturel, comme s'il n'avait pas envie de lui sauter dessus là. « Excusez moi de vous déranger... Mais j'ai plus de croquettes pour elle. » Il désigna le félin du doigt. Ce dernier vint gentiment le croquer, pour jouer. Phoenix poussa un rire nerveux, mordillant sa lèvre en reposant son regard sur son joli voisin.
made by pandora.




_________________

Tu sais, quand on est jeune on a l’impression que tout est la fin du monde mais ce n’est pas vrai. Non, tout commence. Il se peut que tu tombes sur quelques autres gars comme ça, mais un jour tu vas en rencontrer un qui va te traiter de la façon dont tu mérites de l’être, tu seras pour lui le centre de l’univers. - 17 ans encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 15
AVATAR : Chris Colfer
CRÉDIT : Tumblr
PSEUDO : pamplemousse

AGE : 25 ans et toutes mes dents
SITUATION : Célibataire
PROFESSION : Employé dans un refuge pour animaux
Voir le profil de l'utilisateur +
MessageSujet: Re: #51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)   Dim 16 Mar - 3:09


Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne
pensais pas pour autant que ça allait me mener
quelque part.




"Badaboum !" C'est le bruit que firent les casseroles lorsqu'elles tombèrent sur le sol. Aiden se réveilla en sursaut. Il se frotta les yeux et s'étira avant de sourire quand il se rendit compte qu'une nouvelle journée commençait. C'était le début d'une nouvelle aventure comme à chaque matin. Il se leva de bonne humeur et chercha du regard ce qui avait bien pu le tirer du sommeil. Il aperçut alors sur le sol trois récipients de cuisine qu'il avait dû empiler la veille et oublier sur la table. Dans l'un d'eux se trouvait un petit chat au pelage noir qui s'installait tranquillement comme pour y faire son nid douillet. Le jeune homme ne pu s'empêcher de le contempler longuement. Il était si mignon le petit Sirius. Il n'eut pas le coeur de l'arracher à son refuge et le laissa donc roupiller dans le saladier. Il rangea néanmoins les deux autres bols afin d'éviter que ça soit trop le bazar. Regardant sa montre, il constata qu'il n'était pas très tard et qu'il avait encore le temps de se préparer. Il devait se rendre à l'animalerie pour s'occuper des livraisons qui arrivaient afin de les répertorier puis il aurait fini sa journée de travail. Il n'avait pas grand chose à faire, mais il devait bien s'occuper de ses animaux aussi. Ca lui permettait de passer de bons moments en leur compagnie.

Il enfila un jeans noir, et une veste de la même couleur au dessus d'une chemise grise et prit son petit déjeuner doucement. Après avoir fait une distribution de caresses et promit qu'il reviendrait vite à ses chers petits amis, il sortit de chez lui sans oublier de fermer à clé. Une fois dehors, il respira l'air environnant et marcha d'un pas détendu dans la rue. Il atteignit l'animalerie, salua tout le monde avec son habituel sourire collé au visage et classa la marchandise reçue tout en réfléchissant à ce qu'il allait faire de sa journée. Et s'il allait dans le parc non loin de chez lui afin de lancer quelques balles aux chiens qui ne demandaient qu'à se défouler ? Ou bien peut-être qu'il ferait juste une longue promenade. Il n'avait pas encore fait un choix quand il eut fini mais fit le chemin en sens inverse. Il fut accueillit par un concert d'aboiements et de miaulements comme s'il était revenu de deux semaines de vacances.

La matinée était déjà bien avancée et il devait nourrir tout ce petit monde. Par chance, il avait ramener avec lui un sac de nourriture qui allait se périmer dans quelques jours et qui devait donc être retiré des étalages. Chez lui, il ne ferait pas long feu et ça tout le monde le savait sur son lieu de travail, c'est pour cela qu'on lui refilait volontiers toutes ces croquettes végétales. Il en mit un peu dans chaque bol et déjà un tiers du sachet avait disparut. Il les regarda se précipiter joyeusement vers le coin repas et mangea à son tour. Il avait cuisiné des petits pois et des œufs au plat. Il était végétarien et ne mangeait donc pas de viande. Une fois le repas terminé, il fit la vaisselle tout en fredonnant mais fût interrompu quand il en était à l'essuyage.  En effet, on venait de toquer à sa porte or il n'attendait personne. Il se dirigea vers elle après s'être sécher les mains sur un torchon et découvrit Phoenix, son voisin. Il ne s'attendait pas à le voir et fut donc légèrement étonné ce qui n'empêcha pas un sourire d'illuminer son visage. « Salut ! Oh.. euh.. ce n'est pas la peine de me vouvoyer à part si le tutoiement te.. vous dérange. » Il jeta un coup d'oeil à la petite boule de poil postée sur son épaule avant de se focaliser sur son visage. Absorbé dans sa contemplation, il en oublia presque les bonnes manières mais se reprit bien vite. Il se décala de l'entrée pour le laisser rentrer. « Mais entre donc, je vais te chercher ça. Tu t'en sors avec elle, elle ne fait pas trop de bêtises ? » Il n'avait pas encore été lui rendre visite pour savoir comment il s'en sortait avec Cléo. Il aurait dû, surtout qu'il lui avait demandé soudainement de bien vouloir l'accueillir chez lui et qu'il avait hésité mainte fois à toquer chez lui pour le revoir, mais il n'avait jamais osé. Il se tourna vers une autre porte qui donnait sur un placard contenant toutes sortes de nourriture pour animaux et lui demanda par dessus son épaule. « Tu veux la même chose que l'autre fois ou bien tu veux choisir autre chose ? ». Il ne savait pas si le petit chaton avait apprécié les croquettes qu'il avait fourni en le confiant à son voisin et préférait donc demander.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 59
AVATAR : Matthew Bomer
CRÉDIT : (c)Tulissurlevava
PSEUDO : Mahoo.


AGE : 31 bougies.
SITUATION : Libertin qui ne s'attache à rien sauf à son flingue.
PROFESSION : Agent du FBI, dans le plus grand secret évidement.
TO DO LIST : (+) Mentir, encore et toujours. (+) Ranger son flingue dans la poche droite de sa veste. (+) ...Et un petit couteau dans une poche bien cachée, au cas où. (+) Retrouver sa cible, et la détruire, avant qu'elle ne le fasse pour lui. (+) Sourire à son adorable voisin, et lui parler de tout et de rien pour qu'il sourisse à son tour. (+) Lire son exemplaire de "Être papa pour les nuls".
Voir le profil de l'utilisateur +
MessageSujet: Re: #51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)   Dim 16 Mar - 5:21



Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part.




C'était plus fort que lui ; plutôt que de simplement avouer qu'il avait envie de le revoir, il avait préféré attendre que le sac de croquettes soit totalement libre pour aller toquer à la porte. Lui qui était pourtant un énorme dragueur -et en passant même plutôt doué- n'avait même pas été capable de prendre son courage à deux mains et d'essayer d'aller charmer un peu son voisin... Mais c'était différent cette fois, ce n'était pas un mec mignon qu'il ne connaissait qu'a peine et dont il avait seulement envie de découvrir le corps... Il voulait vraiment lui plaire, mais dans un autre sens. Bien sûr, tout cela restait quelque chose d'inavoué, mais Phoenix n'avait pas envie de risquer de tout gâcher.

Alors il fixait son adorable voisin, un léger sourire sur les lèvres en l'observant de haut en bas, sur le pas de la porte. « Salut ! Oh.. euh.. ce n'est pas la peine de me vouvoyer à part si le tutoiement te.. vous dérange. » Première phrase, et déjà première victoire. Le sourire de l'agent du FBI s'agrandit un peu. « Oh, non non, pas du tout. Tutoyons nous, avec plaisir. » Aiden avait vraiment le don de rendre le brun nerveux, mais à la fois terriblement à l'aise... C'était compliqué. Le stress de faire une gaffe était bien présent, mais son sourire réussissait à l’apaiser réellement, il n'avait connu aucun homme capable de faire ça, mise à part son père peut être... Bref. La petite boule de poile bien tranquillement installée se mit à miauler, et Phoenix lui adressa une petite caresse. « Mais entre donc, je vais te chercher ça. Tu t'en sors avec elle, elle ne fait pas trop de bêtises ? » Appréciant son invitation à entrer, il lui adressa un signe de tête avant de faire quelque pas. Curieux, et entrant pour la première fois chez Aiden, il ne pu empêcher ses yeux de se balader un peu partout dans la pièce. Eh bien, le moins que l'on pouvait dire, c'était que le petit brun aimait vraiment les animaux. Phoenix baissa d'ailleurs les yeux vers un gros chien qui s'avançait vers lui. L'agent ayant eu affaire à beaucoup de chiens policiers ne prit pas peur, et l'observa un peu. Même pour lui qui n'aimait pas tellement les bêtes, il était forcé de constater que l'animal n'était pas désagréable. Il se baissa à la hauteur du chien et le gratifia d'une légère caresse sur la tête, curieux. La bête ressemblait au chien qu'il avait eu jadis, lorsqu'il était enfant. « Oh oui, il n'y a aucun soucis avec ça. A vrai dire je m'attendais à ce qu'elle fasse plus de bêtises. » Il se garda bien d'avouer à Aiden qu'elle avait fait ses besoins sous le canapé, et que le pauvre membre des forces de l'ordre avait été très virile avec ses gants roses (des gants de cuisine qu'il avait acheté, c'était la seule couleur disponible en magasin... et il ne pouvait pas ramasser vous savez quoi à main nue). Enfin bon.

« Tu veux la même chose que l'autre fois ou bien tu veux choisir autre chose ? » Il releva la tête, mordillant sa lèvre, et s'approcha un peu du jeune homme qui lui tournait le dos. « Hm, comme tu veux. Tu me proposes quoi ? » Il restait derrière lui, penchant un peu la tête pour observer ses fesses, et détournant le regard lorsqu'Aiden se retournait. Heureusement pour lui, la discrétion de Phoenix était son point fort.

made by pandora.


_________________

Tu sais, quand on est jeune on a l’impression que tout est la fin du monde mais ce n’est pas vrai. Non, tout commence. Il se peut que tu tombes sur quelques autres gars comme ça, mais un jour tu vas en rencontrer un qui va te traiter de la façon dont tu mérites de l’être, tu seras pour lui le centre de l’univers. - 17 ans encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 15
AVATAR : Chris Colfer
CRÉDIT : Tumblr
PSEUDO : pamplemousse

AGE : 25 ans et toutes mes dents
SITUATION : Célibataire
PROFESSION : Employé dans un refuge pour animaux
Voir le profil de l'utilisateur +
MessageSujet: Re: #51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)   Lun 17 Mar - 9:41


Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne
pensais pas pour autant que ça allait me mener
quelque part.


Ravi de pouvoir être utile, Aiden mettait tout son cœur à la tâche, même si dénicher un paquet de croquettes n'était pas bien compliqué. Du moins, il était ravi d'être utile et encore plus pour son voisin. Il avait un petit quelque chose qui lui plaisait, ses yeux ? Son sourire ? Ses cheveux ? Lui tout entier ? Il ne saurait que dire, mais de nature timide, il n'irait jamais l'avouer, surtout qu'il n'était pas sûr d'être à son goût ou bien qu'il s'intéressait lui aussi aux garçons ce qui n'était pas une question qu'on posait impunément. Et puis rien que de le voir, ça lui convenait, rien que de savoir qu'il allait bien, ça le rassurait.

Il fut content de savoir que le tutoiement ne le dérangeait pas parce que ça rendait la conversation plus amicale, moins distante. Et il espérait vraiment qu'ils puissent être amis, bons amis. Cléo qui se tenait toujours perchée sur l'épaule du brun avait l'air d'apprécier son « propriétaire ». C'était vraiment fabuleux de voir la tendresse qui pouvait émaner de ces deux êtres vivants. Il sourit en voyant Orion se diriger tranquillement vers Phoenix. Il était sans aucun doute le chien le plus à l'aise avec les inconnus et ne les craignait pas, bien au contraire. Et puis c'était un gros toutou affectueux. Il ne l'empêcha d'aller vers lui puisque le jeune homme lui avait dit qu'il appréciait les animaux, tout comme lui. Bon, peut-être pas autant, comme pouvait le témoigner son appartement légèrement désordonné, mais assez pour aimer leur compagnie.
Ayant le dos tourné pour farfouiller dans son placard, il tendait l'oreille pour l'écouter et parlait assez fort afin qu'il puisse l'entendre. Quand il apprit qu'elle était sage, il ne pu s'empêcher d'être fier de ce petit chaton. «  Tant mieux alors ! Je dois admettre que j'avais un peu peur qu'elle t'en fasse baver cette fripouille. » Il n'avait pas eu l'occasion de beaucoup la garder, mais il avait eu le temps de voir luire dans ses yeux un petit côté joueur, cependant il décida de le croire sur parole.

Il l'entendit se rapprocher un peu, mais ne pensait pas aussi près. Quand il se retourna pour lui répondre, il fut légèrement troublé par cette proximité, et rosit sans doute un peu. Flûte. Il ne parviendrait donc jamais à cacher son embarras. Il se retourna rapidement vers le contenu de son placard qui semblait soudain très intéressant pour ne pas avoir à lui faire face. C'était sans doute malpoli, mais tout courage l'avait quitté en cet instant.
Ce qu'il lui proposait ? Il marmonna des paroles inaudibles avant de se reprendre et de tousser un peu pour pouvoir parler plus distinctement. « Et bien, j'ai des croquettes entièrement végétales qui sont conseillées afin que le poil des animaux restent soyeux. Par contre, je n'ai pas de pâté, désolé, je trouve que ça sent très mauvais et puis c'est gras et pas très recommandé. En plus ceux composés uniquement de légumes ce font de plus en plus rare et... » Il se tu. Quand il était gêné, il se mettait à parler sans s'arrêter, ça le rassurait parce que quand il parlait, il pensait seulement aux mots qui sortaient de sa bouche et peu au monde qui l'entourait. Mais, il avait un interlocuteur près de lui qui devait trouvé ça étrange. Il rougit de plus belle tout en essayant de le cacher. « Pardon, je parle trop... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 59
AVATAR : Matthew Bomer
CRÉDIT : (c)Tulissurlevava
PSEUDO : Mahoo.


AGE : 31 bougies.
SITUATION : Libertin qui ne s'attache à rien sauf à son flingue.
PROFESSION : Agent du FBI, dans le plus grand secret évidement.
TO DO LIST : (+) Mentir, encore et toujours. (+) Ranger son flingue dans la poche droite de sa veste. (+) ...Et un petit couteau dans une poche bien cachée, au cas où. (+) Retrouver sa cible, et la détruire, avant qu'elle ne le fasse pour lui. (+) Sourire à son adorable voisin, et lui parler de tout et de rien pour qu'il sourisse à son tour. (+) Lire son exemplaire de "Être papa pour les nuls".
Voir le profil de l'utilisateur +
MessageSujet: Re: #51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)   Jeu 20 Mar - 9:58



Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part.




Rien à faire, le petit voisin demeurait adorable dans en toute circonstance. Ou alors peut-être que Phoenix était du genre à le rendre parfait dans son esprit ? C'était curieux, parce qu'en vérité les petits mecs sans expérience n'étaient absolument pas le genre du brun d'habitude. Il préférait les types plus sûrs d'eux et provocateurs, auxquels il se faisait un plaisir de montrer sa propre expérience. C'était ça le but, la provocation tournant aux actes réels. Quelque chose d’électrique... Mais terriblement éphémères. Ça se passait une nuit, et puis ensuite le visage de l'autre dégoûtait mutuellement, et c'était finit. On pouvait résumer la vie sexuelle du beau Phoenix ainsi, et ça depuis des années. Seulement voilà, quelque chose s'était déclenché dans son esprit ces derniers temps, quelque chose de pas croyable et ça depuis qu'il avait rencontré le mignon petit Aiden, à l'opposé total des conquêtes habituelles de Phoenix, mais pourtant le seul qui lui procurait un tel effet de fascination. Le « flic » avait encore un peu de mal à expliquer ce qu'il s'était passé, ce qui l'avait poussé à adopter ce chaton alors qu'il avait horreur des poils de chat sur son beau costume, et à venir encore, cette fois ci, à sonner chez le voisin. Quelque chose d'irrésistible l'attirait chez lui, et il n'avait aucune idée de ce que cela pouvait être. « Tant mieux alors ! Je dois admettre que j'avais un peu peur qu'elle t'en fasse baver cette fripouille. » Il aimait bien cette façon que le plus jeune avait de ne dire aucun gros mots et à en employer des plus mignons et doux les uns que les autres. C'était assez inhabituel, tant que Phoenix craignait sans arrêt de faire une connerie avec ses mots un peu crus. « Non non, il n'y a pas eu de soucis. » Depuis quand faisait-il attention à ce qu'il disait ? Ouah, c'était dingue.

Ayant saisi l'occasion, alors qu'Aiden s'était baissé, Phoenix n'avait pu s'empêcher de profiter de la vue splendide sur son bassin et sur ses fesses que lui offrait la position du petit brun. Il mordilla sa lèvre, inspirant, puis détourna vite les yeux en le voyant se relever. « Et bien, j'ai des croquettes entièrement végétales qui sont conseillées afin que le poil des animaux restent soyeux. Par contre, je n'ai pas de pâté, désolé, je trouve que ça sent très mauvais et puis c'est gras et pas très recommandé. En plus ceux composés uniquement de légumes ce font de plus en plus rare et... » Il enfonça ses mains dans ses poches, l'écoutant en hochant un peu la tête. Ça semblait passionnant, mais Phoenix fixait surtout les lèvres de son voisin. « Pardon, je parle trop... » Cette fois, un petit rire s'échappa des lèvres du plus grand, qui passa d'ailleurs une mains dans ses cheveux pour dégager une mèche brune de son visage. Il haussa les épaules. « J'aime bien. » dit-il, parlant évidement du caractère entier de l'adorable Aiden. « Eh bien... Met moi ce que tu penses être le mieux, je ne m'y connais pas trop... Mais ne t'empêche pas de parler hein, j'aime bien ta voix. » Il le fixa, se demandant s'il avait été trop loin. « Ça te dirais pas... De venir prendre un verre chez moi après ? Enfin, je sais pas, je t'apprécie et j'espère que c'est réciproque, on pourrait... Devenir amis tous les deux ? » Il pencha la tête sur le coté. Eh oui, le beau Phoenix ne tournait jamais autour du pot. Et là encore, il s'était retenu. Avec une simple conquête, il ne se serait pas embêté à parler d'amitié, mais simplement de sexe. Seulement il ne voulait pas choquer Aiden, de peur de tout gâcher, et ça il aurait eu du mal à s'en remettre.

made by pandora.



Désolé du temps de réponse, j'aime beaucoup notre rp  

_________________

Tu sais, quand on est jeune on a l’impression que tout est la fin du monde mais ce n’est pas vrai. Non, tout commence. Il se peut que tu tombes sur quelques autres gars comme ça, mais un jour tu vas en rencontrer un qui va te traiter de la façon dont tu mérites de l’être, tu seras pour lui le centre de l’univers. - 17 ans encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 15
AVATAR : Chris Colfer
CRÉDIT : Tumblr
PSEUDO : pamplemousse

AGE : 25 ans et toutes mes dents
SITUATION : Célibataire
PROFESSION : Employé dans un refuge pour animaux
Voir le profil de l'utilisateur +
MessageSujet: Re: #51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)   Sam 22 Mar - 14:54


Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne
pensais pas pour autant que ça allait me mener
quelque part.


N'ayant pas eu de relation sérieuse depuis un moment, Aiden avait presque oublier qu'il pouvait éprouver un sentiment aussi étrange aux premiers abords. Il ne connaissait pas son voisin depuis longtemps et se demandait la raison de ce fourmillement qui lui parcourait le ventre. En si peu de temps, il s'était déjà entiché du beau brun. Il devait avouer que ça lui faisait un peu peur, mais il ne choisissait pas le chemin que son cœur empruntait, car s'il y avait bien une chose qu'il suivait plus que son cerveau et ses idées rationnelles, c'était sa sensibilité. Il avait un caractère assez romantique qui frisait parfois la niaiserie, et il ne pouvait s'empêcher de penser à l'histoire qu'il pourrait peut-être vivre un jour, qu'il avait le droit de vivre un jour. Ce jour était-il plus proche qu'il ne le pensait ou se laissait-il bercer d'illusions ? Il ne saurait dire, mais si jamais il ne tentait rien, il s'en voudrait. Le problème c'est qu'il avait du mal à faire le premier pas. Il craignait toujours qu'il n'y ait aucune réciprocité dans les sentiments de son interlocuteur. Il l'observa un long moment avant de sourire quand il lui répéta qu'il n'avait pas de problème avec la crapule. Il était content d'avoir penser à lui confier lorsqu'il s'était retrouvé dans la situation délicate de devoir trouver une personne qui accepterait de prendre sous son aile une petite boule de poil comme Cléo. Il avait été son sauveur.

Quand il parlait le jeune brun avait en effet tendance à ne pas utiliser d'expressions trop familières voire vulgaires. Ce n'était pas dans ses cordes. Il était plutôt du genre vocabulaire à la limite de l'enfantin et quand il pouvait il aimait que ses phrases aient une sonorité mélodieuse, mais ce n'était que parce qu'il avait quelques notions dans la chanson et qu'il trouvait cela très joli.
Heureusement que le petit Aiden ne sentait pas la brûlure du regard de Phoenix sur son postérieur car il aurait été des plus embarrassé. Quand il lui fit de nouveau face, il évitait de regarder ses yeux beaucoup trop envoûtants à son goût et se contenta donc de regarder le mur derrière lui. Une fois qu'il eut finit de parler à toute vitesse, il entendit le locataire d'en face prononcer une phrase qui le laissa perplexe. Un simple « J'aime bien. » lui avait embrouillé l'esprit. Qu'est-ce que cela signifiait ? Qu'aimait-il ? Il tenta de réfléchir la dessus en attrapant un paquet de croquettes végétales dans le placard puisqu'il lui avait donné le champ libre pour choisir ce qui convenait le mieux. Il sourit en lui tendant le tout. « Oh... euh... et bien merci. Ce n'est pas souvent qu'on me fait ce compliment mais je l'apprécie. » Une jolie voix... Il lui avait dit qu'il avait une jolie voix. C'était ce genre de choses gentilles qu'on lui disait qui le comblait. Il écouta la suite de ses paroles et il en fut tout d'abord surpris, mais ensuite, ce fut une explosion de joie au fond de lui qu'il se retint d'exprimer extérieurement. Il hocha la tête de haut en bas pour approuver simplement. « J'en serais ravi ! Enfin, sinon, tu peux aussi rester ici pour boire un coup à part si tu tiens à aller chez toi ce qui ne me pose aucun problème dans les deux cas. Je t'aime bien également et ça me ferait réellement plaisir si nous devenions amis. » Il osa enfin le regarder en souriant. Il était vraiment aimable de lui proposer cela. Etait-ce donc une amitié naissante ?

Moi aussi je l'adore et je m'excuse également   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 59
AVATAR : Matthew Bomer
CRÉDIT : (c)Tulissurlevava
PSEUDO : Mahoo.


AGE : 31 bougies.
SITUATION : Libertin qui ne s'attache à rien sauf à son flingue.
PROFESSION : Agent du FBI, dans le plus grand secret évidement.
TO DO LIST : (+) Mentir, encore et toujours. (+) Ranger son flingue dans la poche droite de sa veste. (+) ...Et un petit couteau dans une poche bien cachée, au cas où. (+) Retrouver sa cible, et la détruire, avant qu'elle ne le fasse pour lui. (+) Sourire à son adorable voisin, et lui parler de tout et de rien pour qu'il sourisse à son tour. (+) Lire son exemplaire de "Être papa pour les nuls".
Voir le profil de l'utilisateur +
MessageSujet: Re: #51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)   Mer 26 Mar - 10:58



Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part.




Cette fois il avait tenté le tout pour le tout, l'invitant carrément à boire un verre. Il en avait assez d'attendre, pour quelqu'un d'aussi impatient avoir tenu tout ce temps était un véritable exploit. Il n'était pas du genre à attendre pendant des mois le moindre signe... Non, il voulait savoir dès maintenant si ses petites attentions se faisaient ressentir ou si cela ne faisait ni chaud, ni froid. C'était important pour lui... Ce mec lui plaisait tellement ! Ça le rendait dingue. « Oh... euh... et bien merci. Ce n'est pas souvent qu'on me fait ce compliment mais je l'apprécie. » Il lui adressa un petit sourire. Cela commençait plutôt bien, le compliment était passé sans soucis, lui arrachant même un petit sourire adorable. C'était bien partit. Restait à savoir si la suite... « J'en serais ravi ! Enfin, sinon, tu peux aussi rester ici pour boire un coup à part si tu tiens à aller chez toi ce qui ne me pose aucun problème dans les deux cas. Je t'aime bien également et ça me ferait réellement plaisir si nous devenions amis. »  Un immense soupire de soulagement intérieur se fit ressentir chez Phoenix. Cela ne paraissait pas être grand chose, mais c'était une étape de franchie rien que le fait qu'il accepte. Le beau brun adressa un sourire rayonnant à son interlocuteur, celui qui faisait craquer toutes les nanas. « Je me suis fait construire un mini bar... Je voulais l'inaugurer pour une crémaillère mais je ne connais personne dans l'immeuble à part toi et tes nombreux animaux ! » Il rit un peu, se grattant nerveusement la nuque. Il a accepté, mais pourtant rien n'est encore joué... Après tout Phoenix ayant voulu être raisonnable n'avait évoqué que le terme d'amitié... Il se demandait alors si ça avait été une bonne idée. Mais oui, et si Aiden se focalisait seulement sur de l'amitié ? S'il n'envisageait rien d'autre... ? Peut être que le brun se faisait aussi beaucoup trop de soucis... « On...On y va ? » Il attrapa le fameux paquet de croquettes, celui pour lequel il était venu au départ et adressa un sourire à son voisin, quittant son appartement pour rejoindre le sien, le faisant entrer.

Une fois qu'il fut à l'intérieur, il alluma la lumière -la nuit se faisant tombante- et alla poser les fameuses croquettes dans l'entrée. Il posa Cléo sur le sol, revenant voir Aiden. La petite chatte ne perdit pas de temps et fonça jouer avec son arbre à chat. Phoenix inspira, fixant longuement son mignon petit voisin. « C'est la première fois que tu entres, non ? » Il sourit. « Tu vois, rien d'extraordinaire... J'suis un homme.. » Il lui jeta un regard en coin, marchant vers le bar. « ..Très seul. » Il l'invita à s'asseoir. « Qu'est-ce que je te sers ? » Il s'accouda au comptoir, main contre sa joue, détaillant de ses grands yeux clairs l'homme qu'il convoitait tant.

made by pandora.



C'est court, sorry, mais je me rattrape au prochain post   

_________________

Tu sais, quand on est jeune on a l’impression que tout est la fin du monde mais ce n’est pas vrai. Non, tout commence. Il se peut que tu tombes sur quelques autres gars comme ça, mais un jour tu vas en rencontrer un qui va te traiter de la façon dont tu mérites de l’être, tu seras pour lui le centre de l’univers. - 17 ans encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 15
AVATAR : Chris Colfer
CRÉDIT : Tumblr
PSEUDO : pamplemousse

AGE : 25 ans et toutes mes dents
SITUATION : Célibataire
PROFESSION : Employé dans un refuge pour animaux
Voir le profil de l'utilisateur +
MessageSujet: Re: #51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)   Ven 4 Avr - 11:04


Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne
pensais pas pour autant que ça allait me mener
quelque part.


Il garda son sourire sur le visage en permanence. Il n'était pas du genre à le laisser s'envoler si facilement, encore moins quand il était avec une personne qu'il appréciait beaucoup. Aiden était tout simplement ravi de pouvoir passer du temps avec son voisin, chaque seconde comptaient et il ne pouvait pas trouver de mot pour exprimer sa joie quand il lui proposa de boire un verre. Ca ne faisait que reculer le moment où ils devraient se quitter mais c'était quelques minutes ou plus de gagnée et il était preneur. Il tomba sous le charme de ce sourire ravageur qu'il lui adressa et répondit doucement « Oh et bien dans ce cas, je serais très heureux de pouvoir l'inaugurer en ta compagnie. Bien sûr, je vais laisser mes animaux dans mon appartement, je ne voudrais pas qu'ils saccagent le tien. » Il rit légèrement. Phoenix avait en effet parlé d'amitié. Il fallait bien commencer quelque part, et puis il ne souhaitait peut-être pas plus. Du moment qu'ils étaient proche, ça convenait au jeune brun. Il ne voulait pas lui en demander trop si ce n'était pas ce qu'il souhaitait. Et puis il voulait apprendre à le connaître un peu plus.
« On...On y va ? » la légère hésitation que marqua le jeune homme l'amusa un peu et il acquiesça en le suivant jusque chez lui. Il regarda tout autour de lui découvrant un nouvel environnement, et pas n'importe lequel, celui dans lequel vivait Phoenix. Il observa donc l'appartement, et le trouva très joli ce qu'il ne manqua pas de lui faire remarquer « Oui, c'est la première fois, je trouve cet endroit magnifique. » Il arqua un sourcil à la suite de ses propos « Seul ? Comment un si bel homme peut-il être seul ? » Il avait prononcer ces mots sans vraiment s'en rendre compte mais rougit rapidement quand il remarqua qu'il avait en plus de les penser, dit ces paroles. Il fallait qu'il apprenne à tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler pour éviter de s'exprimer trop vite sans réfléchir. Il le regarda gêné, il avait dévoilé le fait qu'il le trouvait beau. Ce n'était pas un drame, mais d'habitude il le pensait seulement, du moins au début, pour ne pas avoir à faire face à la réaction de son interlocuteur trop rapidement. Allez savoir pourquoi, cette fois-ci ça avait été spontané. Bon, pour voir le bon côté des choses, il serait vite fixé, il saurait rapidement si ça le dérangeait ou non. Quand il lui demanda ce qu'il voulait boire, il ne savait pas trop quoi répondre. N'étant pas un adepte de l'alcool, il dit finalement « Hum.. Un jus d'orange s'il te plait. » Il posa son regard sur lui mais le détourna quand il vit qu'il le fixait. C'était inconfortable comme situation même si ça le flattait qu'on le regarde ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
+
MessageSujet: Re: #51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)   

Revenir en haut Aller en bas
 

#51 - Je courrais toujours pour aller partout, mais je ne pensais pas pour autant que ça allait me mener quelque part. (ft. Aiden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THUNDER LOVE V 2.0 :: Les logements.-