Partagez | .
 

 Un jour dans notre vie - Mia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
+
MessageSujet: Un jour dans notre vie - Mia   Mer 1 Jan - 12:55



Un jour dans notre vie.
- T'es épuisant.
- Épuisant ? C'est toi qui est épuisant Jolan ! Ca fait quoi ? Trois nuits que tu fais ton bordel ?!
- Je compose, je ne fais pas du bordel.
- T'entendre jouer du piano toute la nuit c'est du bordel ! Et pour qui ?! Ce mec.
- Je t'en pris, on en a déjà parlé.
- Tu ne le connais pas.
- Un peu.
- C'est pas suffisant Jolan.
- Je t'emmerde.
- Et c'est reparti.
- T'es épuisant. Tu me pousses à bout. Pourquoi tu fais ça là ? T'es jaloux ou t'as encore un putain de dossier à faire ? Tu fais encore des tests sur moi ?
- Tu dis n'importe quoi.
- « Combien de temps mon frère tient sans chialer si je le pousse à bout ? Ahhh... il tient moins que la dernière fois. Je vais devoir comprendre pourquoi. »
- Tu ne comprends rien.
- Avant de vouloir devenir psy tu devrais en voir un Lenno.
- Pardon ?
- Ouais. Va voir un psy. Vaaaaaa. Dis-lui que t'es un fou furieux qui fait en sorte de mettre son frère grave à terre pour voir ce qu'est la tristesse, la douleur.
- Il repart dans ses délires.
- C'est toi qui délire.
- C'est pas moi qui me réveille en hurlant, qui chiale ma mère et qui ne jure que par son passé de merde ! C'est toi qui est dérangé.
- ...
- Je...je voulais pas dire ça Jo...
- Non. Non. C'est moi qui suis dérangé. T'as raison. T'as toujours eu raison.
- Je suis désolé, je dis n'importe quoi.
- Je prends mes affaires et je m'en vais. Je...je vais faire un petit tour, il fait beau aujourd'hui. Dis à papa que je ne rentrerais pas trop tard.
- Tu vas où  Jolan ? Tu vas voir ce mec ?
- Non. Je dois rester seul.
- Jolan...
- La ferme.

J'esquisse un sourire forcé avant d'attraper mon appareil photo et mon caméscope numérique. Je met ces derniers dans ma sacoche avant de quitter la maison, les mains dans les poches. Me voilà en train d'arpenter les rues de la ville à la recherche d'un endroit calme où rien ni personne ne viendra me déranger. Les mots de mon frère tournent en boucle dans mon esprit. Je devrais être hors de moi après avoir reçu des mots aussi violents, mais c'est impossible. Lenno a malheureusement dit la vérité. Je ne suis pas tranquille ces derniers temps dans ma tête et c'était à prévoir. Mes parents auraient dû me forcer à continuer à voir le psychologue qui me suivait quand j'étais enfant, mais non, non, ils ont voulu m'écouter et me faire plaisir en me débarrassant de ces rendez-vous qui me rendaient malade. Qui sait, peut-être qu'avec ces séances je serais devenu un mec plus ou moins normal. Peut-être que j'arriverais à vivre normalement malgré mon passé. Peut-être que les femmes ne seraient pas que des figures maternelles à mes yeux. Peut-être que je ne serais pas si sensible.
Peut-être que je n'aurais pas cette âme d'artiste raté qui me colle à la peau. Peut-être que je serais tombé amoureux au moins une fois dans ma vie.
Peut-être, c'est le mot. Rien est certain. Qui sait, peut-être que rien n'aurait changé, quoi qu'il en soit   je dois vraiment me charger de mon suivit psychologique.
Je continue d'arpenter les rues de la ville, cette dernière me semblant bien moins vivante que la nuit où j'ai rencontré Alessandro. Alessandro que je n'arrive pas à sortir de mes pensées. Alessandro avec son joli sourire. Alessandro et son regard un peu trop triste. Alessandro et sa bienveillance qui me fait chaud au cœur. Un soupire s'échappe de mes lèvres et je lève les yeux au ciel. Seigneur, pourquoi j'ai tant d'affection pour cet homme ? Pourquoi lui ? Pourquoi maintenant et surtout pourquoi ici ? Pourquoi loin de tout, loin du vieux continent qu'on aime tant, loin de Berlin, pourquoi quelqu'un qui a une vie si compliquée ? A croire que je suis attiré par les choses complexes. Je ne plaint pas de tout cela, au contraire même. Depuis que j'ai rencontré Alessandro ma vie semble changée. L'inspiration revient petit à petit et je me sens compris. Tout cela est peut-être le début d'une renaissance, le futur me le dira.
Finalement je me dirige vers le parc de la ville, ne connaissant que cet endroit pour m'y être promené en compagnie de mon frère il y a quelques temps maintenant. Je sors alors mon appareil photo de ma sacoche, passant la lanière de ce dernier autour de mon cou avant de me promener dans le grand espace vert. Les photos s'enchaînent naturellement, un coup je photographie de fleurs, un couple petit étang d'eau qui traverse les lieux pour ensuite bifurquer sur une jeune mère qui aide son petit garçon à faire ses premiers pas. Je les photographie alors discrètement avant de continuer ma balade, un léger sourire attendrit aux lèvres. C'est alors que j'arrive près d'un grand parterre de fleur. Je m'approche et hausse les sourcils en voyant une jeune femme penchée sur ce dernier, le prenant en photo. Il est si rare de rencontrer des personnes qui prennent des photos d'endroits si simples comme un parc de nos jours. Je suis frappé par le modèle de son appareil photo. Apparemment elle joue dans la même cours que moi vu l'engin. Est-elle professionnelle ou juste une passionnée ? Je n'en sais rien, mais cela ne m'empêche pas de tourner mon objectif vers elle et de la photographier. J'observe un peu mon cliché avant de reporter mon attention sur la jeune femme. J'hésite un petit moment avant de m'approcher timidement d'elle. Pour une fois que je croise quelqu'un avec un tel matériel entre le mains je ne peux pas passer mon chemin comme si de rien était, c'est tout simplement impossible.

«  Hum...excusez-moi... »


Ma voix et basse, complètement bouffée par la timidité. En général j'évite de parler avec les femmes. C'est stupide...mais j'ai toujours peur d'associer les femmes à une maman potentielle. C'est stupide, mais c'est comme ça depuis que je suis tout petit. A l'école primaire et à l'orphelinat les gamine s'amusaient à dire que j'étais leur bébé, à s'occuper de moi comme une mère le fait avec son enfant. Ça m'a sans doute marqué à jamais. La jeune femme se tourne alors vers moi. Je ne peux m'empêcher de rougir comme jamais, passant sans doute pour un mec bizarre à ses yeux. Un nouveau soupire s'échappe de mes lèvres.

« Je...je suis désolé de vous déranger, mais c'est tellement rare de croiser quelqu'un avec un appareil photo comme le votre. C'est tellement agréable de voir que je ne suis pas le seul à aimer prendre le fleurs d'un parc en photo. Il m'arrive parfois de grimper aux arbres pour prendre les paysages sous un autre angle ou tout simplement pour pouvoir photographier un petit nid d'oiseau de plus près. Enfin...je dois vous déranger en vous racontant ma vie. »

Petit rire nerveux.

«  Je me demandais donc si vous étiez professionnelle ou jute une passionnée...vous n'êtes pas obligée de me répondre, mais comme je vous l'ai dit c'est tellement rare de croiser des photographes ici... »


Je baisse les yeux, un petit sourire aux lèvres. Seigneur, faite qu'elle ne m'envoie pas balader.
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 231
AVATAR : Crystal Reed
CRÉDIT : (c) rosewins (avatar), Fanatika (icônes), Broadsword (signature), tumblr (gif)
DC : Tyler & Maverick
PSEUDO : Daily Planet (Marine)


AGE : 25 ans
SITUATION : Célibataire
PROFESSION : Guide touristique
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t1154-mia-dream-starts-where-reality-ends + http://thunderlove.forumactif.org/t1171-mia-les-dodos-n-ont-jamais-froid
MessageSujet: Re: Un jour dans notre vie - Mia   Sam 11 Jan - 2:23


Un jour dans notre vie


Photography is an art of observation. It has little to do with the things you see and everything to do with the way you see them - Eliott Erwitt ⊹ Mia flânait dans le Hearts of Stone Park, son appareil photo autour du coup, un polaroïd caché dans son sac où de multiples objectifs étaient rangés soigneusement. Elle ne saurait dire depuis combien de temps elle était là, à prendre des détails considérés comme infimes du parc. C'était avec la musique une de ses occupations favorites lorsqu'elle ne travaillait pas. Ces deux arts lui permettant de s'évader voire s'échapper à toute réalité. La jeune femme déambulait de rues en rues, sans jamais se perdre, cherchant à capter les instants avec ses appareils photo. Mia affectionnait particulièrement les scènes de vie quotidiennes, les paysages, les détails et plus généralement chaque chose à laquelle les autres n'accordaient quasiment pas d'attention. Il lui arrivait même parfois de dégainer un polaroïd en plein milieu d'une visite de Gold Coast uniquement parce que telle lumière ou telle autre couleur embellissait un monument ou autre chose et que cela la touchait particulièrement.
Il faisait beau et chaud ce jour-là, et la néo-zélandaise avait d'abord mis le cap sur la plage, se disant qu'aller voir la mer ne lui ferait pas de mal et changerait de ses habitudes. Cependant rendue là-bas, elle se rendit compte qu'en cette période estivale, les touristes étaient bien nombreux de ce côté-là de la ville et prendre des photos n'étaient pas aisé dans ses conditions. Après réflexion faite, elle aurait pu s'en douter : elle avait depuis quelques jours un planning de visite plutôt chargé et avoir un jour de congé avait été un vrai miracle. Enfin, lorsqu'elle se lançait dans sa chasse aux photos, elle aimait le faire au calme, c'est pourquoi elle changea de destination en faveur du parc, le tout en passant par les petites rues de Gold Coast et toujours en prenant des photos.
Au parc, là encore, certaines sections regorgeaient de monde, dans ce type de section, Mia prit le ballon de football qui avait échappé au contrôle d'un petit garçon, la balançoire qui se balançait toute seule alors qu'une légère brise passait et bien d'autres choses. Elle assit au pied d'un arbre pour faire le point sur ce qu'elle avait déjà pris, supprimer les clichés ratés, regarder son téléphone au cas où et repartir vers un coin plus tranquille.
Soudain, un grand parterre de fleurs attira son attention et la jeune femme se sentit comme portée vers lui, attirée comme un aimant par sa beauté. C'était souvent ainsi qu'elle se retrouvait à prendre tout et n'importe quoi, sur un simple coup de cœur presque inexplicable. Elle les prit sous différents zooms et angles.
Alors qu'elle mitraillait l'étendue bariolée, une voix masculine, s'excusant timidement, lui parvint près d'elle. Elle sursauta légèrement, comme rattrapée par la réalité et se tourna vers le jeune homme en lui adressant un petit sourire : "Oui ?" demanda-t-elle curieuse. Mia remarqua alors l'appareil photo entre les mains du brun, d'un modèle semblable à celui qu'elle utilisait et hocha la tête. Alors qu'il lui expliquait que lui aussi prenait des photos de détails, qu'il lui arrivait même de monter aux arbres pour avoir accès à de nouvelles prises de vue, le sourire de Mia s'élargit. Comme le disait l'inconnu, il était rare de croiser des personnes partageant leur passion commune pour les détails. Le brun après s'être excusé de nouveau finit par lui demander si elle était professionnelle ou pas.

"Vous ne me dérangez pas, ne vous inquiétez pas. Vous l'avez dit vous-même, il n'est pas commun de croiser quelqu'un qui prend des petits détails en photos. Dans mon cas, c'est ceux que je préfère, on ne leur accorde que trop peu d'attention. Et vous n'êtes pas le seul à grimper aux arbres à l'occasion, ça arrive de temps en temps aussi." Mia marqua une pause avant de reprendre gentiment : "Je suis tout ce qu'il y a de plus amateur d'ailleurs, je crois bien que j'ai quelques lacunes quant à la partie théorique de la photographie. Non pas que je ne m'y sois pas intéressée mais c'est juste que je ne les applique pas vraiment."

Elle ria doucement à sa dernière phrase avant de se taire. C'était à son tour de raconter sa vie. Elle profita du silence pour observer un peu plus le photographe, il avait l'air nerveux et avait baissé la tête, comme coupable. Elle reprit alors essayant de mettre à l'aise l'homme :
" Je suis d'accord avec vous c'est agréable de pouvoir en discuter avec quelqu'un qui sait de quoi on parle. Je m'appelle Mia." se présenta-elle par la même occasion en tendant une main amicale à l'inconnu.

La jeune femme était de nature sociable et son métier de guide touristique l'aidait souvent lorsqu'elle faisait de nouvelles rencontres. Elle espéra simplement ne pas avoir gêné un peu plus le brun qui semblait bien timide et nerveux.
      



_________________

    Us. Whatever we are.
    Soon I'll burst into a thousand other smiles to cover you + Breaking into houses, Arthur Darvill  
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
 

Un jour dans notre vie - Mia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THUNDER LOVE V 2.0 :: Hearts of Stone Park.-