Partagez | .
 

 #021 Burleigh Waters (+) jackie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 650
AVATAR : jamie campbell bower
CRÉDIT : ©Sugar Slaughter ©tumblr ©episkey.
DC : noa & victoria-lynn & tahlia
PSEUDO : ©Little-S (steffie)

AGE : vingt quatre années
SITUATION : not found result
PROFESSION : testeur de toboggans aquatiques et (accessoirement) vendeur derrière le comptoir du cake&matt
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t926-la-folie-n-est-pas-une-maladie-c-est-un-etat-d-esprit + http://thunderlove.forumactif.org/t946-si-vous-parlez-a-dieu-vous-etes-croyant-s-il-vous-repond-c-est-que-vous-etes-schizo-ljm
MessageSujet: #021 Burleigh Waters (+) jackie   Dim 3 Nov - 4:38


#021 Burleigh Waters
jackie & luca-jude

« Tu me tues toi xD Essaye le drive à pied et dis moi. Je t'attend le fou =D ». Je range mon téléphone dans la poche de mon jeans, planté devant le fast-food. Avant de me rendre au drive, je pénètre dans l'établissement. J'ai entendu quelques rumeurs et j'ai envie de tester. Je fais la queue. Il y a un monde fou. Je n'ai pas envie d'attendre. Je déteste attendre. « Oops, j'ai pété. ». Un odeur nauséabonde se repend autour de moi et les deux personnes devant moi se poussent pour me laisser passer. J'affiche un grand sourire. « Merci monsieur, merci madame. ». Et je prends leur place. Il y a encore trois personnes, dont une déjà en train de commander. Donc deux gens à éliminer. La petite fille devant moi ne doit pas avoir plus de treize ans. Mais qu'est-ce que j'en sais, je ne suis pas doué pour donner les âges. « Haaaaaaan, il y a Justin Bieber sur la parking ! ». Je fais style de sauter dans tous les sens tout en m'arrachant les cheveux. « QUOI ? Laisse moi passer le blondinet ! ». Elle me bouscule. Elle a de la force pour une gamine. Mais j'ai encore gagné une place. Celui qui commandait s'en va. Plus qu'une. Je la laisse commander. Oui, j'ai une âme charitable vous croyez quoi ? De toute façon, elle ne prend qu'un café. Je ne comprendrais jamais ces gens qui viennent au fast food juste pour boire un café. M'enfin bref. « Vous désirez monsieur ? ». Voilà, il est temps de vérifié un ou deux trucs. « Bonjour m'dame. C'est la première fois que je mets les pieds ici. Vous pourriez me décrire tous les sandwichs. ». J'ai entendu dire qu'ils étaient obligé de le faire ! La serveuse me regarde avec de grands yeux. Elle croit que je plaisante. Mais je suis un acteur hors pair et je garde mon sérieux. Plus sérieux que moi, ça n'existe pas. Et ouais ! Elle regarde à droite et à gauche et elle commence à tout me décrire ! Tout ! Le genre de pain, les ingrédients, les sauces et ce pour tous les hamburgers. J'entends les gens derrière moi perdre patience. Ça me fait rire. « Je vois... Et vous vendez quoi comme boisson ? ». Et re-belotte, elle me cite toutes les boissons de l'établissement. C'est plus rapide mais pas moins drôle. « Je crois que vous avez oublié le jus d'oarnge m'dame. ». Je souris comme un con. Elle vient de se rendre compte que j'me fou de sa gueule. « Bon, j'vous sert quoi monsieur ? ». « Rien merci. ». Et je prends la poudre d'escampette. Le drive maintenant. Je me plante devant le micro. « Je vous écoute. ». « Alors... Je veux quatre cheesburgers, six grandes frites, une grosse boite de morceaux de poulets, deux glaces crumbles et caramel au beurre salé, deux bouteilles d'ice tea, quatre moelleux au chocolat et... Euummm... Un jouet s'il vous plait. ». « Très bien, avancez jusqu'au prochain guichet. ». Je m'exécute en sautillant entre les voitures. « Ma... Mais vous êtes à pieds. ». Je le regarde, levant un sourcil, toujours aussi sérieux. « Quel sens de la déduction sherlock holmes. ». Il reste interdit plusieurs longues minutes avant de demander de payer. Je lui tends des billets de monopoly. Il est tellement choqué qu'il ne s'en rend même pas compte. Il n'y a qu'à moi que ça arrive ce genre de chose. Je m'aime. J'avance au guichet suivant pour récupéré ma nourriture. « Euh... Monsieur, vous êtes à pied. ». Je lève les yeux aux ciel. « Sans blague, votre collègue vient de me dire la même chose. Vous vous êtes passé le mot ? J'peux avoir ma bouffe. ». Il me tend mes sacs, aussi sous le choque. Tous malpoli, j'vous jure. Direction chez Jackouille ! Heureusement, elle n'habite pas loin, j'ai le temps d'arriver chez elle avant que la commande refroidisse. J'ai la dalle. Ça donne faim de sentir cette odeur. Déjà que j'avais l'estomac qui grondait avant, là j'vous raconte pas. C'est bagdad dans mon ventre. Par contre, je ne sais plus c'est laquelle sa maison. Celle-là ou celle-là ? Elle se ressemble toutes aussi. « Pic et pic et colegram, bourre et bourre et ratatam, asm, stram, gram ! ». Bon, on va tester celle-là alors. Je frappe. Ça ne répond pas. Je sonne. Ça ne répond pas. Je crie. Ça répond ! Mais ce n'est pas jackouille, mais une vieille. « Bonjours madame. Je suis malade et je vends des cookies pour l'association. ». « Oh attend bonhomme, je reviens. ». Elle part à peine quelques secondes et revient avec un billet de vingt dollars. « Merci madame. » Et je vais sonner à la maison d'à côté. « Et mes cookies ! ». Je me met à sonner comme un taré. « Vite, jackouille, ouvre moi, j'vais m'faire taper dessus par madame Doubtfire. ». J'espère que c'est bien sa maison quand même...


_________________

    its my story, Im crazy
    MARTINS + J’aime bien les osselets, le Monopoly mais seulement quand je tiens la banque. J’adore jouer aux billes je gagne tout le temps. Le jeux de loi c’est franchement débile, enfin toujours moins que les jeux dames. Le Rubiks cube et toutes ces conneries des pays de l’est. Les devinettes ? C’est pas mon truc. Yams, crapettes, marelle c’est ok. Au chat perché sa passe encore mais sa s’arrête là.


Dernière édition par Luca-Jude Martins le Lun 20 Jan - 7:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 3174
AVATAR : nina dobrev
CRÉDIT : pan.
DC : mes perles, logàn, l'abruti mignon de ces dames et enola, la petite discrète mais attachante.
PSEUDO : pan. (manon)


AGE : vingt quatre ans
SITUATION : célibataire
PROFESSION : ostéopathe
TO DO LIST :
◗ demander à luca de reboucher le trou qu'il a fait dans mon mur
◗ râler après la vieille jacqueline et essayer de lui faire payer l'amande pour mon pseudo tapage nocturne de 19h ◗ prendre le numéro du beau policier ◗ appeler téo ◗ aller voir ruben ◗ acheter du nutella ◗ faire un peu de sport ◗ vérifier mes rendez vous de la semaine ◗ trouver une bonne vengeance pour luca ◗
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t1055-c-est-toujours-interdit-de-pratiquer-une-autopsie-sur-quelqu-un-de-vivant-jackie + http://thunderlove.forumactif.org/t1056-i-live-for-the-applause-jackie
MessageSujet: Re: #021 Burleigh Waters (+) jackie   Mar 5 Nov - 3:42

- Arrêtez de regarder mes fesses quand vous croyez que je ne vous vois pas, arrêtez de vous pointer chez moi quand vous savez que je ne suis pas seule et arrêtez de fantasmer sur moi sous la douche. Ce navire a mit les voiles depuis longtemps, oubliez moi.
- Si vous faites toujours allusion à vos fesses, supertanker plutôt que navire serait une métaphore plus précise.

Un petit sourire sur son visage, elle répondit rapidement au message qui venait de lui être envoyé. Aller au drive d'un fast food à pied. L'idée en elle même n'était pas si conne que ça au final. Et pourtant, cela la faisait bien rire. Elle attendit que le message soit bien envoyé pour ensuite verrouiller son portable. Celui ne tarda d'ailleurs pas à faire un vole plané pour atterrir mollement sur le canapé rouge du salon. Elle marcha tranquillement jusqu'à la station d'ipod où elle brancha ce dernier et mit le volume à fond. Jackie était bien consciente que ce genre d'agissement ne plairait pas à ses voisins. Surtout à une en particulier. Une femme âgée qui devait frôler les quatre vingts ans. Si ce n'était pas plutôt quatre vingt dix. En y pensant, elle eut une petite moue mais chassa rapidement cette pensée de son esprit. Ce n'était pas le moment de penser à la vielle  Jacqueline. Car oui, comme pour bien enfoncer le clou, cette vieille mégère portait le même nom qu'elle. Un frisson parcourut l'ostéopathe  qui préféra se concentrer sur la musique à choisir. Elle en fit défiler plusieurs avant de finalement arrêter son choix sur une des dernières musiques des Maroon Five.  Satisfaite de son choix, elle enleva sans ménagement ses bottines à talons et commença à bouger dans tous les sens. Rapidement, elle se mit à sautiller. Une chance qu'elle ne fut pas en appartement. Plus d'une fois, elle aurait été expulsée à agir de la sorte. Qu'importe. Elle se déhancha, se déchaîna même. La jeune femme s'arrêta quelques secondes pour attacher ses cheveux de jais en un chignon au dessus de sa tête, en ayant plus que marre qu'ils lui viennent dans le visage puis, Jackie ne tarda pas à recommencer à bouger sur un rythme accéléré. Une chance que le ridicule ne tuait pas. Elle en serait déjà morte depuis bien longtemps.

Quelques coups tapés à sa porte l'arrêtèrent dans sa petite danse improvisée. Elle alla ralentir la musique et, toute contente à l'idée de passer une bonne soirée avec Luca, elle alla ouvrir. Elle s'arrêta cependant deux secondes devant le miroir de l'entrée. Ses cheveux étaient dans tous les sens, comme si elle les avait coiffés à l'aide d'un pétard. Elle les lissa de la main rapidement et ouvrit. Son sourire se figea net en voyant à qui elle avait affaire.  « - Jacqueline, que me vaut votre visite avec ... monsieur l'agent. » Agent qu'elle reluqua discrètement. Plutôt grand, brun aux yeux gris, plutôt charmant. Ce qu'elle aimait. Pour une soirée ou deux à tout casser. « - Madame se plaint de tapage nocturne. Et visiblement, vous n'y aller pas mollo, mademoiselle Specter. » Elle le regarda, surprise. Son regard fit quelques allers et retours entre la vieille dame qui, elle en avait bien peur, risquait de s'effondrer sur son perron d'une seconde à l'autre, et l'officier sexy qui avait un air vraiment sérieux. Elle regarda rapidement sa montre et sa surprise augmenta d'un cran. « - Vous pouvez m'appeler Jackie et il n'est que dix neuf heures trente. On peut pas vraiment parler de tapage nocturne là. De tapage tout court, à la rigueur mais quand même. » L'homme haussa les épaules et en guise de toute réponse, il lui glissa un petit papier avec une belle amande de soixante dix dollars. Quel foutage de gueule. L'envie de donner son numéro au policier lui passa rapidement. Au contraire, la jeune femme lui claqua la porte au nez sans demander son reste. Et, comme pour le défier, elle remis sa musique. Moins fort cette fois ci, n'ayant aucune envie de claquer cent quarante dollars pour une connerie comme un tapage nocturne à dix neuf heures trente. Sa moue boudeuse finit par s'en aller et Jackie s'apprêta à recommencer lorsque l'on tambourina sur sa porte. Encore. Agacée, elle avança d'un pas résolu vers la porte, prête à dire sa façon de penser à monsieur le sexy officier frustrant et à la vieille Jacqueline. « - Vite, jackouille, ouvre moi, j'vais m'faire taper dessus par madame Doubtfire. » En entendant la voix, elle se radoucit aussitôt et partie même d'un éclat de rire. Jacqueline faisait tourner tout le monde en bourrique visiblement. Elle ouvrit rapidement la porte, laissant entrer un Luca aux bras chargés. « - Qu'est ce que t'as fais encore ? Et au pire, tu aurait pu prendre sa canne et lui donner un coup sur la tête, à la vieille Jacqueline. » Elle ferma la porte et aida le jeune homme à prendre quelques affaires. Elle ne s'était pas rendu compte que son ventre criait famine jusqu'à ce qu'elle voit les emballages sous ses yeux noisettes. Le ventre sur pattes qui était en elle se réveilla d'un coup, attrapant ses petits couverts et tapant sur une table fictive.


Citation :
scuse ça a pas de sens je crois et c'est bidon

_________________


L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible - Oscar Wilde

©️ KREAZEN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 650
AVATAR : jamie campbell bower
CRÉDIT : ©Sugar Slaughter ©tumblr ©episkey.
DC : noa & victoria-lynn & tahlia
PSEUDO : ©Little-S (steffie)

AGE : vingt quatre années
SITUATION : not found result
PROFESSION : testeur de toboggans aquatiques et (accessoirement) vendeur derrière le comptoir du cake&matt
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t926-la-folie-n-est-pas-une-maladie-c-est-un-etat-d-esprit + http://thunderlove.forumactif.org/t946-si-vous-parlez-a-dieu-vous-etes-croyant-s-il-vous-repond-c-est-que-vous-etes-schizo-ljm
MessageSujet: Re: #021 Burleigh Waters (+) jackie   Lun 20 Jan - 9:00


#021 Burleigh Waters
jackie & luca-jude

Je crois que je n'ai jamais sonné aussi rapidement à la porte d'une maison. Il y en a qui n'ont jamais couru aussi vite que lorsqu'ils se font courser par un chien, et bah moi je n'ai jamais sonné aussi vite que lorsque je me fais courser par une vieille. Chacun son truc après tout. Les autres se musclent les jambes, moi je me muscle le doigt. On n'a pas les mêmes valeurs. D'ailleurs, je commence à croire que mon endurance pour appuyer sur la sonnette de chez Jackouille ne servira à rien, puisque j'entends de la musique à pleine puissance de l'autre côté de la porte. Et la vieille qui continue de se rapprocher. Je sais que ce n'est pas poli d'appeler les vieux « des vieux ». Il est plus respectable de les appeler des personnes âgées à ce qu'on dit. Et je suis d'accord, mais quand même, celle là, elle est vraiment vieille ! Finalement, la porte finit par s'ouvrir, et je me glisse entre Jackie et le mur pour me réfugier derrière la jeune femme. Moi ? Lâche ? Absolument pas ! J'ai seulement un bon instinct de conservation. « Qu'est-ce que tu as fait encore ? Et au pire, tu aurais pu prendre sa canne et lui donner un coup sur la tête, à la vieille Jacqueline. ». Je fais la moue pendant qu'elle ferme la porte derrière moi, prenant l'air le plus innocent du monde. « Je lui ai fait payer vingt dollars pour une association qui n'existe pas en lui vendant des cookies que je n'ai pas. ». Et cette fois, j'affiche un grand sourire. Parce que mine de rien, je suis fière de moi. « Je n'allais quand même pas lui prendre sa canne pour lui taper dessus. Quand je raconterais ça aux copains, j'aurais l'air plus héroïque en leur disant que j'ai échappé à une vieille bique supersonique qu'on leur disant que j'ai tabassé une petite vieille éclopée. ». Quoi que... Je ne suis pas certain de ma logique sur ce coup-là... Mais peu importe, pas le temps de tergiverser, J'AI FAIM ! Et apparemment je ne suis pas le seul. Si le concert qui avait lieu dans le ventre de mon hôte ne m'avait pas alerté, sa façon de se jeter sur les couverts et de mimer une gosse de trois ans qui tape sur une table avec l'aurait fait. Je lui prends alors délicatement le couteau des mains comme le ferait un parent avec un enfant qui joue avec un objet tranchant. « Fais gaffe Jackouille. Tu sais, on ne dirait pas, mais ces machins-là, ça coupe. ». Pour appuyer mes propos, je balance l'objet par-dessus mon épaule qui va se planter dans le mur derrière moi. Je vous jure que ce n'était pas fait exprès... Pas cette fois en tous les cas. Je me décale un peu sur la gauche pour lui cacher le spectacle, espérant qu'elle n'ai rien remarqué. « Et puis d'ailleurs, qu'est-ce que tu fous avec des couverts ? On va manger un fast-food. C'est-à-dire des frites, des hamburgers et des sodas. Tu n'as besoin que de tes mains pour tout ça. ». Je marque une pause, le temps de réfléchir à ce qu'il y a effectivement dans le sac. « Bon, je te l'accorde, tu auras peut-être besoin d'une cuillère pour le dessert, mais pas d'un couteau, ni d'une fourchette. ». Même si je serais effectivement capable d'avaler ma glace et mon moelleux au chocolat en utilisant mes doigts seulement pour prouver que j'ai raison... Idée à méditer... Sur ce, je prends un des cheeseburgers que je mets en entier dans ma bouche. « Chu vois, chas che vaichelle. ». Surtout qu'elle serait capable de me refiler la vaisselle sale à laver alors même qu'elle a un lave-vaisselle juste pour m'embêter. Et elle trouverait probablement un moyen de me faire craquer pour que j'accepte de le faire. Les femmes sont sadiques, c'est une vérité universelle. Et les hommes les aiment, donc ils sont mazos... Mais comme j'aime les femmes et les hommes, est-ce que ça veut dire que je suis sado-mazo ? Faut vraiment que je m'alimente, mon cerveau commence à ne plus être irrigué correctement je crois...


_________________

    its my story, Im crazy
    MARTINS + J’aime bien les osselets, le Monopoly mais seulement quand je tiens la banque. J’adore jouer aux billes je gagne tout le temps. Le jeux de loi c’est franchement débile, enfin toujours moins que les jeux dames. Le Rubiks cube et toutes ces conneries des pays de l’est. Les devinettes ? C’est pas mon truc. Yams, crapettes, marelle c’est ok. Au chat perché sa passe encore mais sa s’arrête là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 3174
AVATAR : nina dobrev
CRÉDIT : pan.
DC : mes perles, logàn, l'abruti mignon de ces dames et enola, la petite discrète mais attachante.
PSEUDO : pan. (manon)


AGE : vingt quatre ans
SITUATION : célibataire
PROFESSION : ostéopathe
TO DO LIST :
◗ demander à luca de reboucher le trou qu'il a fait dans mon mur
◗ râler après la vieille jacqueline et essayer de lui faire payer l'amande pour mon pseudo tapage nocturne de 19h ◗ prendre le numéro du beau policier ◗ appeler téo ◗ aller voir ruben ◗ acheter du nutella ◗ faire un peu de sport ◗ vérifier mes rendez vous de la semaine ◗ trouver une bonne vengeance pour luca ◗
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t1055-c-est-toujours-interdit-de-pratiquer-une-autopsie-sur-quelqu-un-de-vivant-jackie + http://thunderlove.forumactif.org/t1056-i-live-for-the-applause-jackie
MessageSujet: Re: #021 Burleigh Waters (+) jackie   Dim 2 Fév - 3:11

- Arrêtez de regarder mes fesses quand vous croyez que je ne vous vois pas, arrêtez de vous pointer chez moi quand vous savez que je ne suis pas seule et arrêtez de fantasmer sur moi sous la douche. Ce navire a mit les voiles depuis longtemps, oubliez moi.
- Si vous faites toujours allusion à vos fesses, supertanker plutôt que navire serait une métaphore plus précise.

A peine eut-elle le temps d'ouvrir la porte que Luca-Jude était entré. Avec fracas. Telle était son habitude. Souriant, la jeune femme ferma derrière elle et s'approcha de lui. En voyant les paquets qu'il avait apporté, le ventre de Jacqueline se mit à faire de drôles de sons, trahissant sa faim grandissante.   « - Je lui ai fait payer vingt dollars pour une association qui n'existe pas en lui vendant des cookies que je n'ai pas.  Je n'allais quand même pas lui prendre sa canne pour lui taper dessus. Quand je raconterais ça aux copains, j'aurais l'air plus héroïque en leur disant que j'ai échappé à une vieille bique supersonique qu'on leur disant que j'ai tabassé une petite vieille éclopée. » Au fond, Jackie n'était pas du tout étonnée par la réponse de son ami. Bien au contraire. C'était du Luca-Jude tout craché. Qu rajouter à cela ? Elle eut un sourire et roula des yeux. « - Pauvre vieille dame ! T'as vraiment aucun scrupules. » Son ton était plutôt ironique. Après tout, elle n'allait pas défendre cette vieille bique qui portait le même prénom qu'elle et qui, depuis que la jeune ostéopathe vivait ici, lui faisait tourner la tête. Entre les Jacqueline, c'était celle qui tiendrait le plus et qui saurait faire craquer l'autre en première. A vingt quatre ans pour Specter, c'était normal. Mais pour Doubtfire qui allait fêter ses quatre-vingt huit ans, c'était déjà plus inquiétant.

Cependant, la brune fut rapidement sortie de ses pensées - et éventuellement de son plan machiavélique qu'elle réservait à la vieille Jacqueline - lorsqu'elle vit un couteau passer près d'elle. Les yeux aussi gros que des soucoupes, elle se tourna pour voir l'objet planter dans son mur. Même si Luca s'était décalé pour lui cacher ce spectacle horrible avec un petit sourire, elle s'approcha de lui, menaçante. Elle attrapa le couteau. Ou du moins, essaya. Même s'il était gringalet, le blond avait réussi à bien le planter si bien que la pauvre Jackie dû tirer de toutes ses forces, tombant sur le derrière lorsque le couteau céda. « - Ca va se payer ça, Martins. » Elle se releva, mais avant de pouvoir souffler, elle courra vers la table où Luca avait déjà attrapé un cheeseburger. Il la regarda et l'enfonça en entier dans sa bouche. Une fois de plus, la brune soupira et se tapa la tête. Qu'avait-elle fait pour mériter un ami tel que lui déjà ?  « - Chu vois, chas che vaichelle. » Elle le poussa d'un coup de cul et fouilla dans les sacs en papier. A son tour, elle attrapa un cheeseburger et, à l'instar du blond, elle réussit - tant bien que mal - de le mettre en entier dans sa bouche. « - Ch'est pas dur ! Ch'est fachile. Ch'arrive auchi. » Le mettre était une chose, mais mâcher en était une tout autre et cette fois ci, ce n'était plus si simple.

_________________


L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible - Oscar Wilde

©️ KREAZEN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 650
AVATAR : jamie campbell bower
CRÉDIT : ©Sugar Slaughter ©tumblr ©episkey.
DC : noa & victoria-lynn & tahlia
PSEUDO : ©Little-S (steffie)

AGE : vingt quatre années
SITUATION : not found result
PROFESSION : testeur de toboggans aquatiques et (accessoirement) vendeur derrière le comptoir du cake&matt
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t926-la-folie-n-est-pas-une-maladie-c-est-un-etat-d-esprit + http://thunderlove.forumactif.org/t946-si-vous-parlez-a-dieu-vous-etes-croyant-s-il-vous-repond-c-est-que-vous-etes-schizo-ljm
MessageSujet: Re: #021 Burleigh Waters (+) jackie   Sam 8 Fév - 0:35


#021 Burleigh Waters
jackie & luca-jude

« Pauvre vieille dame ! Tu n'as vraiment aucun scrupule. ». Je prends mon air le plus innocent du monde. Limite si je ne me mets pas à siffler pour clamer mon innocence. « Je n'y peux rien si elle est assez neuneu pour tomber dans le panneau la tête la première. Je les ai mérités mes vingt dollars. ». Un grand sourire sur les lèvres, je poursuis, persuadée de toucher une corde sensible. « Et puis tu sais, elle me fait un peu penser à toi Doubfire. Brune, naïve et pas de formes. Pas de cul. Pas de seins. C'est vrai quoi, d'habitude, les mémés elles ont des gros nichons qui tombent jusqu'au nombril, mais elle, elle n' rien. Quedal. Nothing.Nada. Nada de nada. Comme toi quoi ! ». J'aime la taquiner ma jackouille. Après tout, qui aime bien, châtie bien. Et puis elle pique des fards tellement vite que c'est trop facile. Mais ça n'en reste pas moins drôle. Par exemple, elle voit passer un couteau à deux millimètres de sa tête, et voilà qu'elle a les yeux qui lui sortent de la tête et qu'elle ressemble étrangement à pikachu qui prépare une attaque électrique. J'observe tranquillement la scène, pas le moins du monde inquiet pour mon matricule. Il ne me manquerait plus que le pop corn et un bon canapé. Je la regarde se retourner au ralenti pour observer l'ustensile enfoncé d'un bon centimètre dans son mur. Je n'y suis pas allé de main morte, c'est vrai, mais pour ma défense, ce n'était pas fait exprès. Et le pompon, c'est qu'elle se ramasse en beauté sur le popotin en essayant de le retirer. Je pouffe de rire, c'est plus fort que moi. « Ça va se payer ça, Martins. ». Je lève les yeux au ciel, toujours hilare. « Oh, allez Specter. Imagine que c'est un jeu de fléchettes. Je n'ai eu que dix points en touchant ton mur, j'en aurais eu vingt en touchant la fenêtre, et cinquante en touchant l'horloge. Quoi que, je mérite un bonus de cent points pour t'avoir fait te ramasser par terre. ». De toute façon, elle n'a pas le temps de m'engueuler que j'ai déjà ingurgité un cheeseburger. A croire qu'elle a peur qu'il n'y en ait pas assez pour elle puisque à son tour, elle enfourne un sandwich dans sa bouche. « Ch'est pas dur ! Ch'est fachile. Ch'arrive auchi. ». Encore une fois, je ne peux m'empêcher de rigoler. « Hum... J'ackouille... Je crois que tu as un peu de ketchup et un cornichon qui se sont faits la malle. ». En effet, elle a un peu de sauce rouge sang au coin de la bouche, si bien qu'on dirait un vampire. Un vampire sexy, mais un vampire quand même. Et le cornichon... Disons simplement que son tee-shirt était bon pour un tour dans la machine à laver. Je sors mon téléphone pour prendre une photo avant qu'elle n'ait le temps de faire quoi que ce soit. « Et voilà, directement sur facebook. J'ai maintenant une preuve que tu ne sais pas manger correctement. ». Je pioche dans le sac une des glaces qui a déjà pas mal fondu. D'accord, je mange le dessert avant le reste et alors ? Ça vous pose un problème. C'est surtout que j'ai une petite idée derrière la tête. Je plonge ma main à l'intérieur du pot et m'en étale le contenue sur toute la partie inférieure de mon visage avant de mimer un baiser baveux à mon hôte tout en essuyant ma main sur mon pantalon. « Alors jackouille, tu me fais un petit bisou ?! ».


_________________

    its my story, Im crazy
    MARTINS + J’aime bien les osselets, le Monopoly mais seulement quand je tiens la banque. J’adore jouer aux billes je gagne tout le temps. Le jeux de loi c’est franchement débile, enfin toujours moins que les jeux dames. Le Rubiks cube et toutes ces conneries des pays de l’est. Les devinettes ? C’est pas mon truc. Yams, crapettes, marelle c’est ok. Au chat perché sa passe encore mais sa s’arrête là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 3174
AVATAR : nina dobrev
CRÉDIT : pan.
DC : mes perles, logàn, l'abruti mignon de ces dames et enola, la petite discrète mais attachante.
PSEUDO : pan. (manon)


AGE : vingt quatre ans
SITUATION : célibataire
PROFESSION : ostéopathe
TO DO LIST :
◗ demander à luca de reboucher le trou qu'il a fait dans mon mur
◗ râler après la vieille jacqueline et essayer de lui faire payer l'amande pour mon pseudo tapage nocturne de 19h ◗ prendre le numéro du beau policier ◗ appeler téo ◗ aller voir ruben ◗ acheter du nutella ◗ faire un peu de sport ◗ vérifier mes rendez vous de la semaine ◗ trouver une bonne vengeance pour luca ◗
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t1055-c-est-toujours-interdit-de-pratiquer-une-autopsie-sur-quelqu-un-de-vivant-jackie + http://thunderlove.forumactif.org/t1056-i-live-for-the-applause-jackie
MessageSujet: Re: #021 Burleigh Waters (+) jackie   Lun 17 Fév - 9:24

- Arrêtez de regarder mes fesses quand vous croyez que je ne vous vois pas, arrêtez de vous pointer chez moi quand vous savez que je ne suis pas seule et arrêtez de fantasmer sur moi sous la douche. Ce navire a mit les voiles depuis longtemps, oubliez moi.
- Si vous faites toujours allusion à vos fesses, supertanker plutôt que navire serait une métaphore plus précise.

 « - Je n'y peux rien si elle est assez neuneu pour tomber dans le panneau la tête la première. Je les ai mérités mes vingt dollars.  Et puis tu sais, elle me fait un peu penser à toi Doubfire. Brune, naïve et pas de formes. Pas de cul. Pas de seins. C'est vrai quoi, d'habitude, les mémés elles ont des gros nichons qui tombent jusqu'au nombril, mais elle, elle n' rien. Quedal. Nothing.Nada. Nada de nada. Comme toi quoi ! »  Le petit sourire faussement angélique était la marque de fabrique du blond décoiffé. Bien que la première partie fit rire Jackie, la seconde en revanche ne tomba pas dans l'oreille d'une sourde. Elle s'arrêta net et fronça les sourcils. Alors qu'elle s'apprêtait à répondre, elle ferma la bouche et baissa le regard pour regarder sa propre personne. Elle tira sur son tee shirt afin de voir sa poitrine et se tourna pour reluquer son derrière. « - J'ai du cul et j'ai des einss, mon gars ! » Comme pour prouver ses dires, elle se plaça à ses cotés et se pencha en avant, lui donnant un coup de derrière comme elle savait bien le faire avant de se redresser. Quant à sa poitrine, il pouvait courir pour avoir une preuve de sa véritable existence. Elle n'était pas née la Jackie qui allait lui montrer tout ça avec joie.

Quant au couteau planté dans le mur, Luca eu, comme à sa bonne habitude, une excuse. Jamais il ne se détacha de son éternel sourire qui le rendait à la fois attachant, à la fois stupide. Jackie soupira pour ne pas fulminer. Il fallait tout prendre au second degré. « - Tiens ! Tu vois que j'ai du popotin ! Il a amorti ma chute au moins. Mais avoue que t'es jaloux parce que t'es une planche à pain. » Ce fut à son tour d'avoir un immense sourire, dévoilant ses dents blanches dans leur casi intégralité, telle une pub Colgate. Cependant, son sourire fut rapidement entaché par un immense hamburger qu'elle venait d'engloutir. Ou plutôt d'essayer. Tentant désespérément de communiquer, les yeux bruns de la belle se firent énorme lorsqu'elle vit Luca attraper son portable. « - Hum... J'ackouille... Je crois que tu as un peu de ketchup et un cornichon qui se sont faits la malle. Et voilà, directement sur facebook. J'ai maintenant une preuve que tu ne sais pas manger correctement.» Essayant d'avaler le met, elle foudroya le jeune homme du regard. La bouche enfin vide après avoir bien galéré, elle se leva et alla vers lui, essayant tant bien que mal d'attraper son portable. Le fait qu'il fut bien plus grand qu'elle ne l'aidait pas vraiment. « - Joues pas à ca, Martins. Fais gaffe à ton derrière raplapla ! » Néanmoins, ce fut peine perdue puisqu'il se concentra davantage sur un pot de glace. Ou plutôt sur le fait de se l'étaler sur le visage. Elle le regarda, plus tellement surprise. « - Alors jackouille, tu me fais un petit bisou ?!» Jackie remua vivement la tête tout en rigolant. « - T'as craqué ton string, toi. T'as qu'à me chopper ! » Sur ces mots, elle commença à courir autour de la table afin d'éviter Luca.

_________________


L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible - Oscar Wilde

©️ KREAZEN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 650
AVATAR : jamie campbell bower
CRÉDIT : ©Sugar Slaughter ©tumblr ©episkey.
DC : noa & victoria-lynn & tahlia
PSEUDO : ©Little-S (steffie)

AGE : vingt quatre années
SITUATION : not found result
PROFESSION : testeur de toboggans aquatiques et (accessoirement) vendeur derrière le comptoir du cake&matt
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t926-la-folie-n-est-pas-une-maladie-c-est-un-etat-d-esprit + http://thunderlove.forumactif.org/t946-si-vous-parlez-a-dieu-vous-etes-croyant-s-il-vous-repond-c-est-que-vous-etes-schizo-ljm
MessageSujet: Re: #021 Burleigh Waters (+) jackie   Mer 5 Mar - 5:17


#021 Burleigh Waters
jackie & luca-jude

Je n'en peux plus tellement je rigole. Voir la tête de jackouille se décomposer un peu plus à chacun de mes mots, c'est juste trop drôle. Elle ne se rend pas compte, mais c'est tellement simple de mettre les pieds dans le plat avec elle et d'appuyer là où il faut pour la faire sortir de ses gonds. Ça a beau être simple, ça n'en reste pas moins drôle et je ne me lasserais jamais de la mettre dans tous ses états. Elle mate même sous son tee-shirt juste pour être sûre que je ne dise pas la vérité. « Ouille ! ». Je n'ai pas vraiment eu mal, mais sa façon de me donner un coup de popotin m'a fait perdre l'équilibre et c'est moi qui me retrouve le cul par terre pour le coup. « J'ai du cul et j'ai des einss, mon gars ! ». Je me relève, arque un sourcil sans me défaire de mon petit sourire en coin. « Pour le popotin, je déclare forfait. Tu as gagné. Mais n'empêche que tu as quand même vérifié que tu avais des nichons, comme quoi, tu n'en es pas sûre ma vieille ! ». Je lui tire la langue alors qu'elle continue d'observer le malheureux couteau qui a fini dans son mur. Elle aura de quoi penser a moi quand je serais parti comme ça. « Tiens ! Tu vois que j'ai du popotin ! Il a amorti ma chute au moins. Mais avoue que t'es jaloux parce que t'es une planche à pain. ». Je croise les bras sur ma poitrine, vexé. Ou tout du moins, faisant semblant de l'être. « Ouais bah moi j'ai une raison d'être une planche à pain, j'suis un mec. C'est quoi ton excuse à toi ? ». Je ne reste pas vexé longtemps cependant, trouvant ça plus drôle de la prendre en photo entrain de se goinfrer et de me badigeonner la figure de glace à la vanille. « Joues pas à ca, Martins. Fais gaffe à ton derrière raplapla ! ». Je roule des yeux, mettant bien en avant ma face dégoulinante avant de m'approcher d'elle et de mimer un bisou baveux. « T'as craqué ton string, toi. T'as qu'à me chopper ! ». Suffit de demander. Je me mets à courir comme un chien après sa queue. Parce que courir autour d'une table ce n'est pas beaucoup plus intelligent. Finalement, je décide de passer par dessus la table. Renversant au passage tout ce qui peux bien y avoir dessus. Aussi bien la nourriture que j'ai amené quelques minutes plutôt que tous les ustensiles qui s'y trouve. C'est un miracle que je ne me sois pas blesser d'ailleurs. Mais j'ai tout de même ouvert le robinet qui était sur la plan de travail sans le faire exprès. Je vous assure. Du coup, l'eau commence à couler, ne tardant pas a inonder la cuisine si on ne coupe pas le robinet tout de suite. Ce que je ne fais pas. Après tout, je m'en fou. La cuisine de jackouille peut bien se transformer en une piscine, je trouverais même plutôt sa drôle. J'ai bien inondé la cave d'une blondinette une fois. Après réflexion, ça ne peut pas vraiment arrivé puisque l'évier n'est pas bouché. Dommage. Elle aura juste une facture d'eau à faire pâlir un fantôme. Je finis par attraper ma petite souris à moi par le bras, la faisant se retourner et la plaquant contre le mur. Tout en délicatesse bien sûr. Jamais je ne lui ferais de mal à ma jackouille... Volontairement du moins. « Et maintenant que je t'ai attrapé, j'ai le droit à mon bisou ? ».


désolée, c'est d'une nullité incroyable mais je n'ai aucune inspiration, je me rattraperais, promis

_________________

    its my story, Im crazy
    MARTINS + J’aime bien les osselets, le Monopoly mais seulement quand je tiens la banque. J’adore jouer aux billes je gagne tout le temps. Le jeux de loi c’est franchement débile, enfin toujours moins que les jeux dames. Le Rubiks cube et toutes ces conneries des pays de l’est. Les devinettes ? C’est pas mon truc. Yams, crapettes, marelle c’est ok. Au chat perché sa passe encore mais sa s’arrête là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
OH ! TOI TU N'AS PAS ENCORE DE RANG !
BAISERS ÉCHANGÉS : 3174
AVATAR : nina dobrev
CRÉDIT : pan.
DC : mes perles, logàn, l'abruti mignon de ces dames et enola, la petite discrète mais attachante.
PSEUDO : pan. (manon)


AGE : vingt quatre ans
SITUATION : célibataire
PROFESSION : ostéopathe
TO DO LIST :
◗ demander à luca de reboucher le trou qu'il a fait dans mon mur
◗ râler après la vieille jacqueline et essayer de lui faire payer l'amande pour mon pseudo tapage nocturne de 19h ◗ prendre le numéro du beau policier ◗ appeler téo ◗ aller voir ruben ◗ acheter du nutella ◗ faire un peu de sport ◗ vérifier mes rendez vous de la semaine ◗ trouver une bonne vengeance pour luca ◗
Voir le profil de l'utilisateur + + http://thunderlove.forumactif.org/t1055-c-est-toujours-interdit-de-pratiquer-une-autopsie-sur-quelqu-un-de-vivant-jackie + http://thunderlove.forumactif.org/t1056-i-live-for-the-applause-jackie
MessageSujet: Re: #021 Burleigh Waters (+) jackie   Mer 5 Mar - 10:51

- Arrêtez de regarder mes fesses quand vous croyez que je ne vous vois pas, arrêtez de vous pointer chez moi quand vous savez que je ne suis pas seule et arrêtez de fantasmer sur moi sous la douche. Ce navire a mit les voiles depuis longtemps, oubliez moi.
- Si vous faites toujours allusion à vos fesses, supertanker plutôt que navire serait une métaphore plus précise.

Malgré ses tentatives vaines pour tenter de garder un air sérieux - un minimum du moins -, le rire de Luca de tarde pas à déclencher ceux de l'ostéopathe. En gros, il se foutait d'elle et de sa capacité à tomber si facilement dans le panneau. Jackie était pourtant loin d'être naïve mais les piques lancées par le jeune homme marchait. Tout le temps. Et même si elle se maudissait à chaque fois d'avoir sauté complètement dedans, le coup d'après, c'était la même chose. Et visiblement, l'asperge blonde ne semblait pas s'en lasser. Bien au contraire. « - Ouille !» Un large sourire s'installa sur les lèvres de la jeune femme qui croisa ses bras sur une poitrine réellement existante contrairement aux dires de son ami. Bien sur, ce dernier n'avait pas eu mal. Juste une façon de marquer le coup.« - Pour le popotin, je déclare forfait. Tu as gagné. Mais n'empêche que tu as quand même vérifié que tu avais des nichons, comme quoi, tu n'en es pas sûre ma vieille ! »  Jackie ne pu s'empêcher de pouffer à la première remarque du jeune homme. Bien sur qu'il déclarait forfait. Et question poitrine, il le devait aussi. Car même si elle avait vérifié, les seins de Jackie étaient bel et bien présents et prenaient même une certaine place. Elle posa ses mains sur sa poitrine. Ils étaient encore là. A l'instar de Luca, elle eut une réaction puérile en lui offrant sa plus belle grimace dont elle était capable. Dans ces moments là, il valait mieux éviter d'avoir un miroir à proximité. Dans le cas contraire, elle était sure de finir raide sur le sol, tuée par la peur de sa propre image. A son âge, ce serait fâcheux. Pour ce qui était de la santé mentale de Luca, elle ne pourrait plus rien y faire. Il s'en était chargé tout seul. Une fois de plus, il le prouva en s'étalant la quasi totalité de sa glace à la vanille sur le visage. « - Je suis sérieuse, Luca, pas de bisous tant que tu auras ça sur la tête. » Un petit rire s'échappa de ses lèvres. La jeune femme continuait de courir, regardant derrière elle l'avancée de son ami. Ceci lui valu une presque chute, popotin en l'air. Se rattrapant comme elle pu, Jackie tenta de quitter le salon mais ce fut peine perdue. Ni une ni deux, elle se retrouva collée au mur, Luca contre elle. « - Et maintenant que je t'ai attrapé, j'ai le droit à mon bisou ? » Elle continua de se tortiller dans tous les sens alors que le blond s'approchait d'elle. « - Tant que tu diras que j'ai pas de seins, tu auras pas de bisous et enlève ça. » Du bout des doigts, elle essaya d'enlever un peu de glace sur la joue de Luca mais réussi seulement à s'en mettre de partout.« - T'as pas un endroit sans glace ? » A nouveau, Jackie ne pu s'empêcher de rire. La vue qu'elle avait était si hilarante.

_________________


L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible - Oscar Wilde

©️ KREAZEN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
+
MessageSujet: Re: #021 Burleigh Waters (+) jackie   

Revenir en haut Aller en bas
 

#021 Burleigh Waters (+) jackie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THUNDER LOVE V 2.0 :: Les logements.-